En ce moment
 
 

Enorme prolifération de dangereuses punaises de lit en Belgique

Dans le magazine Eos, l'entreprise Rentokil, spécialiste de la désinsectisation, explique avoir été confronté en moyenne six à sept fois par semaine à l'insecte en 2011 en Belgique, contre une fois par mois en 2000. Soit une augmentation des interventions de plus de 3000% en l'espace de 11 ans !

Les punaises de lit, des insectes qui apparaissent dans les chambres à coucher et qui se nourrissent de sang, provoquent des démangeaisons et sont souvent porteuses de la bactérie d'hôpital, sont de retour. "Souvent, les punaises sont considérées comme gênantes mais inoffensives", écrit Eos. "Parallèlement aux démangeaisons, les punaises provoquent de réels désagréments, allant de l'insomnie à la dépression." De plus, il est apparu récemment que les punaises transportent le MRSA, soit le staphylocoque doré bien connu pour être présent dans les hôpitaux et qui provoque de graves lésions cutanées.

Pourquoi ce retour en force?

D'après Michael Potter de l'université du Kentucky, les punaises profitent de conditions idéales, comme la résistance génétique aux pesticides, tel que le DDT, qui a quasiment éradiqué l'insecte dans les années 50 et l'utilisation d'appâts pour les cafards, fourmis et autres parasites urbains. L'évolution des voyages et des migrations joue également un rôle.

Dans les hôtels mais aussi chez nous

En Belgique, les punaises se retrouvent le plus souvent dans les hôtels et dans les maisons. Lutter soi-même contre l'animal est très difficile et même les entreprises spécialisées éprouvent des difficultés.

Seule solution: très chaud ou très froid

D'après Rentokil, chauffer les espaces jusqu'à 60 degrés est le moyen le plus efficace. Préventivement, les personnes qui reviennent de zones à risque peuvent chauffer leurs habits dans le séchoir. Congeler est plus difficile car les punaises peuvent résister durant de nombreuses heures dans le frigo.

Vos commentaires