En ce moment
 

Envie d'aventure et de sauver des vies? On recherche des pompiers plongeurs (vidéo)

Il n'y a pas assez de pompiers plongeurs. Repêcher des personnes à l'eau, des voitures ou des animaux dans une eau souvent froide et qui n'est pas propre, ça n'attire pas vraiment les candidats. Alors pour valoriser le métier, le ministère de l'intérieur propose d'instaurer une allocation. Thibaut Balthazar et Ghislain Federspiel se sont rendus à la caserne de Sambreville pour le RTL Info 13H.

Notre équipe a pu assister à l'entraînement de plongée des pompiers de la zone de secours Val de Sambre. Sept hommes se sont ainsi rendus sur le terrain: des ambulanciers, les conducteurs du bateau, un assistant mais un seul plongeur alors que pour bien faire, il en faudrait au moins deux.

"On devrait descendre à deux dans l'eau et avoir des gens en surface qui nous guident par un système de cordes, donc deux plongeurs et deux aides plongeurs.Mais, je suis tout seul", confie Denis Rouffiange, sergent volontaire à la zone de secours Val de Sambre.


Un métier dangereux?

Le sergent sait bien que c'est dangereux et qu'il prend des risques : "On le fait parce qu'on est de bonne volonté, pour essayer de sauver des vies. Et donc on essaye de prendre toutes les précautions nécessaires", souligne-t-il.

 La profession est connue pour être difficile, ce qui démotive les éventuels candidats plongeurs.

 "Il faut aimer l'eau froide, l'eau sale, ne pas être trop stressé, parce qu'on ne voit pas ce qu'on cherche. On y va en tâtant avec les doigts. Et la formation est quand même assez longue et les entraînements sont lourds. Il faut donner beaucoup de temps personnel en plus du temps de la caserne", confirme encore Denis Rouffiange.


Une allocation pour attirer les candidats

Pour revaloriser la profession, le ministre de l'Intérieur Jan Jambon veut instaurer un système d'allocations. Une nouvelle que les pompiers n'apprécient que moyennement. Selon eux, il y aurait d'autres investissements plus prioritaires.

"Si le ministère de l'intérieur veut payer des allocations, alors qu'il le fasse pour tous et pas seulement pour les plongeurs, parce que les autres spécialités ont plus de missions", pointe Marc Gilbert, le commandant des pompiers de la zone Val De Sambre.

Selon le commandant, les missions de plongée ne représenteraient qu'1% du nombre total des interventions des pompiers en Belgique.

Vos commentaires