En ce moment
 
 

Faut-il éviter les voyages à l'étranger? La mise en garde de l'épidémiologiste Simon Dellicour sur les zones à risques

Faut-il éviter les voyages à l'étranger? La mise en garde de l'épidémiologiste Simon Dellicour sur les zones à risques
 
CORONAVIRUS

Depuis quelques jours, le virus réapparaît dans certaines régions, et notamment en Europe comme en Espagne ou en Italie.

Dans le RTL INFO 19H, Simon Dellicour, épidémiologiste à l'ULB, a commenté l'apparition de ces nouveaux foyers sur notre continent.

"Suis-je inquiet? Oui, très clairement. Le risque non nul n'existe pas. Par contre, je pense qu'il faut faire la distinction entre plusieurs types de situation. Ici, pour le moment, en Belgique, on n'a pas éradiqué le virus. Il est toujours en train de circuler. Ce qui veut dire qu'en voyageant, s'il y a un échange de personnes avec une zone qui a le même niveau de contrôle de l'épidémie, ce n'est pas plus risqué que de voyager entre plusieurs villes en Belgique", explique-t-il. "Par contre, un échange de personnes avec une zone à risque, c'est-à-dire une zone qui pour le moment vit un rebond de l'épidémie, là c'est autre chose, et il y a bien sûr des mesures additionnelles qui doivent être prises. Il faut très clairement éviter de se rendre dans ces zones-là en ce moment."

Certains experts disent qu'on peut voyager à l'étranger, d'autres disent qu'il faut rester en Belgique... "Il faut très clairement éviter les zones où il y a des rebonds. De toute façon, ce sont des zones où on vit un reconfinement, donc ça n' a pas d'intérêt d'aller là-bas. Pour le reste des zones, il faut se tenir vraiment informé de l'évolution de la situation. Très clairement, si on se retrouve dans une zone à risque et qu'on revient, il faut s'auto-confiner. C'est là que, par exemple, le dépistage qui est maintenant massif en Belgique peut rentrer en jeu parce que si on revient de cette zone, et qu'on se fait tester après quelques jours, et qu'on est testé négatif, on ne doit pas rester confiné jusqu'au bout des quatorze jours", ajoute Simon Dellicour.

 

 

Vos commentaires