En ce moment
 

Fête du sacrifice: quelles sont les règles pour un abattage à domicile?

La fête du sacrifice est l'une des plus importantes fêtes musulmanes. Chaque année, les communes prennent des dispositions pour éviter les problèmes d'abattage. Cela peut se faire dans un abattoir mais aussi à la maison, mais avec de nombreuses règles à respecter. Vincent Jamoulle et Gaetan Delhez se sont renseignés sur cette procédure pour le RTL info 13 heures.

Journée chargée au secrétariat de l'abattoir : ceux qui souhaitent abattre un mouton chez eux, environ 500 familles musulmanes à Liège, doivent le déclarer à l'avance.

"C'est la première fois qu'on le fait à domicile. D'habitude, c'est chez le boucher mais bon, cette fois, on le fait à la maison, pour montrer un petit peu aux enfants ce qu'est le sacrifice", témoigne une mère de famille.

L'attestation délivrée leur permettra également de venir déposer les déchets, "pour éviter de retrouver des peaux, des boyaux et tout ça dans les rues ou sur les parkings. Je trouve que c'est bien fait", ajoute-t-elle.

Un nombre plus réduit de moutons, environ 80, passera à l'abattoir cette année. Et il n'y aura pas uniquement des moutons.

"Dans la communauté turque, l'habitude est de plus en plus de procéder à l'abattage d'un bovin, et de le partager entre 7 familles", explique Tony Jolet, directeur général des abattoirs publics de Liège.


L'étourdissement obligatoire

À l'abattoir, un sacrificateur agréé égorgera les bêtes, qui seront étourdies juste après. À la maison, le dispositif prévu par la Région wallonne impose au particulier d'étourdir l'animal avant de l'égorger.

"Au moins avec une pince électrique s'ils en disposent, mais c'est assez rare, ou bien avec un autre moyen : un assommage à l'aide d'un marteau par exemple. Je ne sais pas comment ils font mais c'est obligatoire", déclare encore Tony Jolet.

Cette disposition n'est pas toujours respectée, en témoigne ce musulman qui s'apprête à procéder à un abattage à domicile.

"Non, normalement, il n'y a pas d'étourdissement, on ne frappe pas avec un marteau. On fait le rituel, ce qu'on fait tout le temps, depuis toujours", explique-t-il.

Des contrôles sont prévus par le service bien-être animal de la Région wallonne. Si le mouton n'a pas été d'abord étourdi, les particuliers risquent une amende et la saisie de l'animal abattu.

Vos commentaires