En ce moment
 
 

Fête nationale: revivez les festivités de ce 21 juillet (vidéos)

  • Fête nationale : revivez les festivités de ce 21 juillet

  • Fête nationale : masquée, la famille royale réunie pour le Te Deum

 
 
 

La Fête nationale s'est déroulée sous un format inédit ce mardi 21 juillet en raison de la pandémie de Covid-19. Il n'y a pas eu de Bal National la veille, pas de parade militaire, pas de festivités dans le parc Royal, pas de feu d'artifice le jour-même, mais une cérémonie et un défilé restreints, auxquels ont assisté la famille royale et un cercle réduit d'invités sur la place des Palais.

Ce mardi est un 21 juillet "pas comme les autres". Pas de feu d'artifice, ni d'événement public de grande envergure. La Bal National prévu normalement ce lundi soir à Bruxelles, a lui aussi été annulé. Bref, une fête nationale "hors du commun" dans un contexte qui l'est... tout autant.

La cérémonie s'est articulée autour de deux thèmes : un hommage aux héros de la crise COVID-19 et le 75ème anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cette année, exceptionnellement, la traditionnelle parade militaire n'a pas eu lieu.

Revivez les festivités de ce 21 juillet 

> Henri PFR, Salvatore Adamo, Alice on The Roof… sur scène aux quatre coins de la Belgique pour la fête nationale

La cérémonie s'est terminée par un hommage aux différents métiers qui ont œuvré en première ligne à combattre le coronavirus et sa propagation. Une série d'artistes se sont produits soit en présentiel, soit à distance: Salvatore Adamo, Selah Sue, blackwave et la chorale Scala à Bruxelles, Ozark Henry à Ostende, Alice on The Roof à Anvers, Henri PFR et R.O à Liège, Daan au sommet de la citadelle de Dinant.

Quant aux responsables politiques présents, ils devaient se retrouver dans la foulée pour la tenue d'un comité de concertation destiné à préparer la prochaine réunion du Conseil national de sécurité (CNS), qui pourrait décider jeudi de mesures, sans doute locales, pour éviter la propagation du virus à grande échelle.

> Le discours du Roi 

Le Roi a pris la parole pour son traditionnel discours à 14h. "Les circonstances font que nous fêtons le 21 juillet différemment. Cette fête nationale est l'occasion de remercier les gardiens de nos vies. En premier lieu, le personnel soignant et les services de sécurité, la Protection civile et tous ceux qui ont contribué à notre vivre-ensemble", a-t-il commencé. Avant d'ajouter: "Nous ne pouvons malheureusement pas mettre à l’honneur l’armée par son défilé traditionnel, mais je tiens à la remercier pour sa contribution efficace à la gestion de la crise". 

"Cette fête nationale 2020 marque une page de notre histoire. En même temps, nous nous souvenons qu'il y a 75 ans, la libération mettait fin à la Deuxième Guerre mondiale. Et nous saluons ceux qui ont combattu et risqué, souvent sacrifié, leurs vies pour nous", a ajouté le Roi.

Le Roi a également eu une pensée particulière pour le secteur culturel, fortement impacté par la crise du coronavirus. "Nous vous saluons tous, vous qui vous êtes mobilisés pour notre Fête nationale. En premier lieu les artistes, qui nous avez tant manqués pendant la crise. Parce que vous nous interpellez, nous ouvrez à la différence et nous élevez à plus grand que nous. Merci à vous tous qui êtes présents ici ou animez des événements en province. Grâce à la technologie c’est le pays tout entier qui se joint à nous sur cette Place des Palais. Je vous souhaite une belle fête nationale !".

Pas de parade militaire mais un défilé restreint

Point donc de véritable défilé militaire et civil réunissant des centaines de vétérans, membres des forces armées et des services de police et de secours, devant des milliers de spectateurs rassemblés dans les rues environnantes. Seule une dizaine de véhicules historiques de la Brigade Piron, qui avait participé à la libération de la Belgique et des Pays-Bas en 1944-1945, ont fait leur apparition sur la place face au Palais royal et au Parc de Bruxelles. Trois anciens combattants et trois jeunes représentants des héros de la crise sanitaire en sont descendus, pour symboliser l'échange intergénérationnel entre les héros de la guerre et ceux des temps modernes. Le défilé aérien s'est limité au survol d'un hélicoptère NH90 Caïman, venu de la base aérienne de Coxyde et emmenant sous le fuselage un grand drapeau tricolore, puis de trois formations de trois avions de combat F-16 venus de la base de Florennes, selon un axe inhabituel - du Sud vers le Nord et non d'Ouest en Est, comme il est de tradition.

Les deux premières formations ont poursuivi leur route pour survoler les chefs-lieux de province en guise d'hommage aux efforts fournis par le personnel médical et la population belge durant la crise du coronavirus avant de regagner leur base d'attache.

> La cérémonie du Te Deum à Bruxelles

Le Roi, en tenue d'apparat militaire, la Reine et leurs quatre enfants - les princes Gabriel et Emmanuel et les princesses Elisabeth et Eléonore - ont assisté mardi matin à 10h00 au traditionnel Te Deum.

En raison des mesures en vigueur pour ralentir la propagation du coronavirus, la célébration s'est tenue dans des conditions très différentes cette année. Une centaine d'invités seulement étaient présents dans la cathédrale, à une distance d'un mètre cinquante les uns des autres, parmi lesquels notamment la famille royale et la Première ministre Sophie Wilmès.

> Des curieux sont venus assister à l'arrivée de la famille royale

"Normalement, on est beaucoup plus nombreux à venir soutenir notre souverain et notre pays et on nous a chassés du parvis", indique une personne interrogée. 

"On les a entraperçus. Il y avait une certaine gymnastique à faire pour les voir à travers les arbres, mais on les a vus. C'est dommage d'être mis à l'écart mais ça ne nous a pas empêchés de crier "Vive le roi", "vive la Belgique" et d'être malgré tout présents dans cette édition de la fête nationale un peu particulière", ajoute une autre personne rencontrée. 

> Un hommage aux victimes

Trois minutes de silence ont été observées en mémoire des victimes de la maladie Covid-19, qui a fait près de 9.800 décès en Belgique depuis le début de la pandémie. 

> Découverte par le Roi d'une fresque murale réalisée pour la fête nationale

Le roi Philippe a découvert la fresque de l'artiste Dema One, un graffiteur calligraphe belge de réputation internationale. L'oeuvre a été réalisée spécialement à l'occasion de la fête nationale belge.

Le centre d'arts Bozar a organisé, à la suggestion du Palais royal, un projet participatif en vue du 21 juillet, pour que des graffitis égaient les rues de Bruxelles, de Charleroi, d'Anvers et l'aéroport de Zaventem. Le Roi est donc allé découvrir, ce mardi 21 juillet après la célébration du Te Deum, l'une de ces fresques, peinte sur la façade de Bozar, rue Royale à Bruxelles.Le Roi, en présence notamment de la Première ministre Sophie Wilmès, a également assisté sur place à une démonstration de danse et d'acrobaties interprétée par les jeunes qui ont réalisé la fresque. 




 

Vos commentaires