Frédéric Van Leeuw, procureur fédéral, trouve qu'on n'en fait pas assez pour les victimes des attentats: "Ecouter la souffrance, on n’est pas habitué dans notre pays"

Ce jeudi matin, jour de commémoration des attentats du 22 mars, Frédéric Van Leeuw était l’invité de Martin Buxant sur Bel RTL. Le procureur fédéral a notamment parlé des avancées en matière de sécurité faites depuis les attentats. "Je raconte toujours que quand j’ai prêté serment comme procureur fédéral, la semaine d’après je devais aller au 16, rue de la Loi, personne ne me connaissait et je suis rentré pratiquement jusqu’au bureau du Premier ministre sans que personne ne me demande rien. Ça a changé, donc effectivement, il y a toujours une balance entre la qualité de vie et la sécurité". Il a ensuite indiqué que le procès des attentats pourrait se tenir déjà en 2019.


"On en fait jamais suffisamment pour une victime"

M. Van Leeuw a également tenu à rappeler l’importance d'écouter les victimes. "On en fait jamais suffisamment pour une victime. Je pense que c’est irréparable ce qu’elles ont vécu. Il y a, et moi, je l’ai vu, de la bonne volonté un peu partout. On n’était pas habitué à vivre un tel traumatisme. Je pense qu’il faut vraiment écouter ces victimes. Il y en a qui ont besoin de crier leur douleur, il y en a d’autres qui se taisent, il faut écouter ces silences-là aussi. Ça peut quand même nous apprendre nous à être plus humain, à avoir une approche un peu plus humaine. Écouter la souffrance, on n’est pas habitué dans notre pays", a-t-il insisté.


"Nous avons une lasagne institutionnelle"

Il a aussi regretté que le système belge fait qu’il n’y ait pas un seul organe qui s’occupe des victimes. "Nous avons une lasagne institutionnelle qui fait que chaque niveau de pouvoir est quelque part responsable pour une petite partie de l’approche des victimes et ça veut dire que ça dilue la responsabilité (…) On parle de comités de concertation quand il y a des tas de problèmes, il faudrait peut-être faire ça pour les victimes aussi."

Vos commentaires