En ce moment
 
 

Frank Vandenbroucke "déçu" des mesures prises par le Comité de concertation: "On aurait pu être encore plus forts"

 
 

La conférence de presse détaillant les mesures décidées par le comité de concertation aura lieu à 14h45, a annoncé le cabinet du Premier ministre Alexander De Croo.

Les représentants des gouvernements fédéral et des entités fédérées, rassemblés depuis vendredi 9h00 en Comité de concertation, ont eu du mal à s'entendre sur la question d'une éventuelle pause dans l'enseignement, selon des sources proches des discussions. Les règles actuelles dans l'horeca seraient par contre maintenues (maximum 6 par table, fermeture à 23h00).

> Comité de concertation: voici les nouvelles mesures

"Comme vous l’avez déjà entendu de la part du virologue Steven Van Gucht, il est possible que le pic de la vague de contaminations soit proche. En plus, il serait pourrait que nous ayons atteint un plateau au niveau de l’occupation des soins intensifs dans les hôpitaux par les patients covid. C’est également une bonne nouvelle", a indiqué Frank Vandenbroucke, le ministre de la Santé.

"Nous ne pouvons pas nous tromper sur la signification de tout cela", a-t-il prévenu. "Même si nous sommes sur un plateau, ce plateau est trop élevé. Le virus circule de trop. Le nombre de contaminations doit diminuer. Dans certains hôpitaux, nous avons largement dépassé la limite de la douleur. Je me demande même ce que ça signifiera lors des fêtes de fin d’année pour le personnel et pour les patients, si nous ne pouvons pas diminuer cette pression."

Frank Vandenbroucke souligne également qu'un moteur de l'épidémie tourne toujours: les contaminations parmi les enfants. "Ce n’est pas de la faute des enfants, ni des écoles, ni des mouvements de jeunesse. Mais c’est un groupe qui n’est pas vacciné. Le virus peut se répandre librement parmi eux. Là où le feu est toujours allumé, est-ce que nous pouvons l’éteindre avec des mesures fortes ? Je dois vous dire que franchement, si nous pouvons éteindre l’incendie, les mesures prises aujourd’hui sont décevantes. On aurait pu être encore plus forts. Mais c’est un compromis".


 




 

Vos commentaires