En ce moment
 
 

Freddy, 64 ans, "souffre terriblement" de ne plus voir sa famille

 
NOS VIES UN AN
 

"Depuis un an, je souffre terriblement de ne pas avoir la possibilité de rencontrer toute ma famille qui est éparpillée sur la moitié de la planète", confie Freddy, 64 ans, qui habite à Flemalle avec son épouse.

La plupart des membres de sa famille vivent à l’étranger (Grande-Bretagne, Guadeloupe, Allemagne, Pologne). Ils ont l’habitude se retrouver à mi-chemin pour passer des moments en famille.

"J’appelle ma fille en général une fois par semaine. Les seuls contacts que nous avons pour l’instant c’est par internet", raconte-t-il.

Ils sont tous très unis et souffrent de ces relations par écrans interposés. "On essaye de se voir 4, 5 fois par an mais là ça fait trop longtemps qu’on s’est plus vu et c’est difficile", confie sa fille par internet.

"J’essaye de ne pas faire transparaître ce que je ressens. Ils n’ont pas facile de leur côté donc je ne vais pas en rajouter. Moi je me retiens et j’essaye de les encourager à passer cette sale période", raconte le sexagénaire. "Ce n’est qu’une façade", avoue-t-il.

Si les voyages ne sont pas permis pour le moment, Freddy n'en reste pas moins prêt à partir : "Voila mon petit sac, toujours prêt pour partir à Londres avec l’itinéraire pour rejoindre l’appartement de ma fille que je n’ai pas encore eu l’occasion de voir parce qu’elle vient de déménager. Mes livres sterling qui sont toujours là, prêts, et bien sûr, indispensable à Londres, la carte de transport en commun".

"Lorsqu’on se retrouve physiquement c’est un échange qui est très fort. C’est à travers la famille qu’on se sent vivre", confie Freddy.

Freddy vit le confinement et l'interdiction des voyages comme une privation de liberté intolérable, injustifiée au regard des chiffres. "Moi je suis en rage parce qu’on en empêche de vivre normalement", lance-t-il.

Pour se réconforter, il regarde régulièrement les albums de photos de famille. "Voila, c’est tout ce qui nous reste de notre vie familiale pour l’instant", déplore-t-il.

 




 

Vos commentaires