FROID: des équipes de nuit inspectent les trains toutes les deux heures, pourquoi ?

Le froid a un impact sur le trafic ferroviaire. Pour éviter que les trains ne gèlent, les équipes de nuit sont renforcées au sein de la SNCB. Elles procèdent toutes les 2 heures à de nombreuses vérifications. Justine Roldan Perez et Michael Danse les ont suivies en gare de Châtelet.

Des équipes de nettoyage, des techniciens, des mécaniciens ou encore des conducteurs de train. Ils sont une vingtaine à travailler toutes les nuits à la gare de Châtelet, en province du Hainaut.

Christophe s’assure notamment de maintenir une température de 5 degrés dans les voitures pour éviter que le matériel ne gèle."On fait deux, trois visites sur la nuit. On vérifie si toute l’installation fonctionne très bien, s’il n’y a pas de problème et, si c’est le cas, on appelle un technicien qui viendra remédier au problème", explique le visiteur de matériel.

En cette période de grand froid, des conducteurs vérifient le bon fonctionnement de la mécanique du train toutes les deux heures. Le but est d’éviter que le gel ne s’installe et fasse des dégâts. "J’ai procédé à l’abaissement et au relèvement du pantographe. J’ai fait déclencher la veille automatique, qui est un dispositif de sécurité lié au poste de conduite. Tout ça pour vérifier le fonctionnement correct de tous ces appareils de sécurité et le fonctionnement correct du pantographe", explique Pierre Di Maria, conducteur de ligne.


"Un effet de frein est effectué pour savoir si l’ensemble de la rame freine"

"Avant de partir, un effet de frein est effectué pour savoir si l’ensemble de la rame freine. Donc, il y a un test de continuité, un test au serrage et un test au desserrage. Si cet essai n’est pas concluant, ce train ne part pas", indique Fabian Sénéchal, sous-chef du secteur technique.
Tous les détails sont très importants. Denis, lui, se charge de mettre de l’antigel sur tous les marchepieds ainsi que de l’alcool au niveau des conduites de frein. "Avec la condensation, forcément, cela peut geler. On met donc cet alcool-là pour éviter que la conduite ne casse", signale cet ajusteur mécanicien.

"Notre but, c’est assurer la sécurité des trains, la propreté des trains et la ponctualité qui est très importante pour nous", énumère Philippe, responsable mécanique.

Comme toutes les nuits, 18 trains ont été nettoyés, vérifiés, testé ou même réparés. Un peu avant 5h du matin, les premiers départs ont pu se faire en toute sécurité en direction de la gare de Charleroi-Sud.

Vos commentaires