En ce moment
 
 

GAIA lance une campagne nationale contre les tests au botox sur les animaux

 
 
Sous le slogan "Une des premières causes de mortalité des souris sont les rides", l'association de protection des animaux GAIA a lancé mercredi à Anvers sa campagne nationale visant à sensibiliser la population au sort des 600.000 souris qui sont chaque année victimes de tests au botox. "Le botox est reconnu comme un médicament alors qu'il s'agit en fait d'un produit cosmétique", a expliqué le président de l'association, Michel Vandenbosch. Les tests de produits cosmétiques sur animaux sont interdits, mais le botox échappe encore à la législation, de manière injuste selon GAIA. "Modifier la réglementation à ce sujet prendrait plus de temps que convaincre les producteurs d'arrêter ces tests", estime Michel Vandenbosch. "Il existe une autre possibilité depuis peu qui est déjà utilisée par certains producteurs de botox", poursuit le président de GAIA. "La marque IPSEN veut cependant attendre de disposer de son propre type de test alternatif." GAIA demande à IPSEN d'arrêter une date pour la fin des tests sur les animaux endéans les trente jours. L'entreprise est actuellement très vague à ce sujet. "Le botox est en fait un poison. Lors des tests, il est injecté dans le ventre des souris, ce qui les paralyse avant de les tuer par asphyxie", expliquent les responsables de GAIA. Selon l'organisation de défense des animaux, la majeure partie des souris succombent lors des tests tandis que les animaux survivants sont ensuite achevés. (VIM)

 

Vos commentaires