En ce moment
 
 

Grève sur le rail maintenue au 29 novembre, annoncent les syndicats

Grève sur le rail maintenue au 29 novembre, annoncent les syndicats
© BELGA IMAGE
 
 

Une réunion de conciliation vendredi et un comité de pilotage supplémentaire lundi au sein des chemins de fer n'auront rien donné. Les principaux syndicats ont dès lors maintenu leur préavis de grève pour le mardi 29 novembre, a-t-on appris mardi auprès du syndicat socialiste ACOD Spoor, pendant flamand de la CGSP Cheminots. HR-Rail, le département des ressources humaines des compagnies ferroviaires SNCB et Infrabel, indique qu'un plan de transport alternatif va dès lors une nouvelle fois être établi dans les jours à venir.

Le syndicat des conducteurs de train SACT, qui avait appelé la semaine dernière à une grève le 30 novembre et le 1er décembre, a également maintenu son action de 48 heures, a-t-il communiqué sur sa page Facebook. Quant au Syndicat indépendant des cheminots (SIC), il a fait savoir qu'il soutenait tant la grève des principaux syndicats CSC Transcom, CGSP Cheminots et SLFP Cheminots que celle du SACT, qui se plaint, entre autres, que la sécurité est compromise et que les conditions de travail se détériorent.

"Lors de la réunion de conciliation de vendredi, il a été proposé de tenir un comité de pilote supplémentaire lundi, mais aucune proposition concrète avec des garanties n'a pu y être faite", explique Günther Blauwens, secrétaire général de l'ACOD Spoor. "Nous avons demandé des chiffres et des engagements, mais on ne peut pas encore nous les donner. Les propositions qui ont été faites ne sont pas très concrètes." Le front commun syndical a donc maintenu son préavis de grève.

Il s'agira de la deuxième grève sur le rail en peu de temps. Le 5 octobre, il y en avait en effet déjà eu une de 24 heures. Sans compter les perturbations du 9 novembre dues à une journée de grève générale et d'actions interprofessionnelle organisée à l'appel de la FGTB et de la CSC. Les principaux syndicats feront donc à nouveau grève du 28 novembre à partir de 22h00 au 29 novembre à la même heure.

Ils dénoncent le manque d'investissement au sein de la société ferroviaire SNCB et du gestionnaire d'infrastructure Infrabel et considèrent que les investissements engagés par le gouvernement dans les chemins de fer à l'issue du dernier conclave budgétaire sont insuffisants. CSC Transcom, CGSP Cheminots et SLFP Cheminots réitèrent également d'autres revendications, notamment des mesures visant à mettre fin à la détérioration des conditions de travail, qu'ils attribuent principalement à un manque de personnel.

Après le dernier conclave budgétaire, au cours duquel le gouvernement fédéral avait finalement octroyé moins de moyens au rail que ce qui avait été demandé, la patronne de la SNCB, Sophie Dutordoir, avait indiqué à la Chambre, à la fin du mois dernier, que des investissements seraient reportés. L'entreprise ferroviaire avait, dans la foulée, annoncé le report de l'élargissement de son offre, normalement prévu en décembre. Elle avait invoqué le contexte financier difficile pour justifier cette décision mais avait également dit être confrontée à des infrastructures obsolètes, à des retards dans la livraison de nouveaux équipements, à un nombre accru de signalements de piétons sur les voies et à des pénuries de personnel.

De son côté, HR-Rail a indiqué mardi qu'après le préavis de grève du 29 novembre, les CEO de la SNCB et d'Infrabel "ont donné un certain nombre de signaux clairs et pris des engagements importants, en vue de conclure un accord social immédiatement après la conclusion du contrat de service public pour la SNCB et du contrat de performance pour Infrabel". "En dépit de ces signaux et engagements clairs, les syndicats ont maintenu leur préavis de grève", constate toutefois l'employeur juridique des cheminots. "Les CEO de la SNCB et d'Infrabel considèrent qu'il s'agit d'un signal négatif dans la phase finale de négociation pour parvenir à des contrats de gestion signés d'ici la fin de l'année. De plus, le maintien de ce préavis de grève a un impact négatif sur nos voyageurs, ainsi que sur l'image des chemins de fer belges."

Enfin, HR-Rail informe qu'un plan de transport alternatif sera à nouveau établi dans les jours à venir et que les passagers pourront le consulter au plus tard la veille du départ.


 

Vos commentaires