En ce moment
 
 

Harcèlement à l'école: comment détecter si votre enfant en est victime?

  • Comment détecter les enfants victimes de harcèlement?

  • Témoignage d

 
 
 

Comment réagir lorsque votre enfant est victime de harcèlement et, surtout, comment le détecter ? Une conférence a eu lieu ce matin à Bruxelles, en présence d'experts et d'anciennes victimes. On estime qu'un élève sur cinq est confronté à ce problème.

Fouad Ahidar, député bruxellois, a tenu un colloque sur le harcèlement ce samedi matin au Parlement bruxellois. Victime depuis l'âge de 6 ans, il a mis beaucoup de temps à en parler. "Moi je n'ai pas osé en parler jusqu'à l'âge de 13 ans. Je jouais aux billes et chaque fois qu'on me frappait, on me volait mes billes aussi. Ma mère me demandait pourquoi il y avait toujours des traces sur mon visage. C'est parce que quand je pleurais, je frottais avec mes mains sales à cause des billes, donc il y avait des tâches sur mon visage. C'est comme ça que mes parents ont découvert les choses petit à petit. Et quand mon père a su, il a failli retourner l'école, mais c'était trop tard", a-t-il confié à notre journaliste Emmanuel Dupond.

Et il est vrai que les parents passent parfois à côté des souffrances de leur enfant, qui essayera bien souvent de les dissimuler. Les experts affirment par ailleurs qu'il n'y a pas de profil de victime ou de harceleur. Par contre, il s'agit d'être attentif aux changements de comportement. "Si vous voyez que votre enfant manifeste tout d'un coup des changements d'humeur, de résultats scolaires ou qu'il commence à avoir des problèmes d'absentéisme. Ce qu'on peut faire, c'est être disponible, d'avoir du temps avec eux et d'essayer de créer un climat d'écoute et de dialogue", a expliqué Benoit Galand, enseignant à la faculté de psychologie et des science sde l'éducation de l'UCL.

Mais le dialogue est aussi parfois difficile à instaurer entre parents et professeurs. C'est ce qu'a constaté Laetitia Vanpe, instituteur de 6e primaire. "C'est un travail qui devrait être collectif. Il devrait y avoir autant à la maison qu'à l'école. Parce que finalement on est assez démuni quand ça se passe sur les réseaux sociaux", a-t-elle déclaré.


 




 

Vos commentaires