En ce moment
 
 

Il ne parle pas néerlandais, mais Vincent part travailler en Flandre: beaucoup de Wallons font la même chose

La Wallonie comptabilise actuellement 200.000 demandeurs d’emploi. Quant à la Flandre, elle est quasi en plein emploi. De plus en plus de demandeurs d'emploi wallons se rendent donc en Flandre pour trouver du travail. En Flandre, la pénurie dans certains secteurs est telle que certains patrons ne recherchent même plus des candidats bilingues. Nous avons passé une journée avec Vincent, un Wallon qui a tenté l'aventure en Flandre.

Nous avons suivi Vincent. À 44 ans, il a laissé un job dans le secteur automobile pour un nouveau challenge en Flandre. Pourtant, il ne parle pas du tout le néerlandais. "Je le comprends, mais je ne sais pas le parler", reconnaît-il.

Et c’est là le défi supplémentaire. Le premier contact avec son futur employeur déjà passé, il prend la route pour apprendre les bases du métier. Nous l'accompagnons, direction Genk. Après une demie heure de trajet, nous arrivons dans une entreprise spécialisée dans le traitement des eaux.

Se mettre dans le bain

Une dame accueille Vincent en français, avant de répéter la phrase en néerlandais. Vincent est de suite mis dans le bain.

Ici 60% du personnel est néerlandophone. Jaspers en fait partie. Aujourd'hui, il est chargé d’écoler Vincent. Il explique en néerlandais les techniques à utiliser. Pas à pas, il décrit chacune de ses actions. Le débit est soutenu, il y a beaucoup de vocabulaire utilisé. Le jargon viendra avec le temps.

Aujourd'hui on est déjà très content si on trouve le bon candidat

Au total, 51.000 wallons travaillent en Flandre. Parmi eux, il y a 28.000 demandeurs d’emploi. Les patrons du Nord peinent à trouver des candidats qui répondent à tous les critères idéaux. "Là où dans le temps on posait beaucoup de critères, entre autre les langues, aujourd'hui on est déjà très content si on trouve le bon candidat avec un bon background technique", explique Patrick Parfondry, responsable de l'entreprise que nous avons visitée.

80% des offres d'emploi du Forem ne nécessitent pas d'être bilingue, même si c'est un plus

Pour 80% des offres d’emploi diffusée par le Forem, le bilinguisme n’est même plus exigé, même si c’est un plus pour être choisi. C'est la raison pour laquelle le Forem organise pas moins de 120.000 heures de cours de néerlandais par an. "Le néerlandais n'est pas indispensable pour travailler en Flandre. Mais si vous souhaitez vous installer dans l'entreprise et en faire un projet professionnel, il est quand même recommandé d'apprendre le néerlandais pour communiquer avec vos pairs", indique Marie-Kristine Vanbockestal, administratrice générale du Forem.

Quant à Vincent, 6 mois de formation s’offrent à lui dans l'entreprise où il s'est rendu, avant, il l’espère, une prolongation de contrat.

Vos commentaires