En ce moment
 
 

Incendie à Rouen: faut-il s'inquiéter des retombées noirâtres sur le sol belge?

Incendie à Rouen: faut-il s'inquiéter des retombées noirâtres sur le sol belge?

La ministre wallonne de l'Environnement Céline Tellier (Ecolo) est en contact permanent depuis jeudi avec les administrations compétentes en matière de qualité de l'air au sujet de l'impact potentiel de l'incendie survenu dans une usine Seveso à Rouen. Il n'est pas nécessaire à ce stade d'effectuer des prélèvements de sol, a-t-elle indiqué dimanche.


Pas d'analyses de sol approfondies

Selon son cabinet, Mme Tellier prendra néanmoins contact avec les autorités fédérales pour solliciter un rapport du Centre de Crise National sur le nombre de signalements de suies auprès des pompiers. "A ce stade, effectuer des analyses de sol approfondies ne semble pas nécessaire vu la dispersion des polluants par la pluie et la faible quantité de polluants ayant atteint la Belgique", a précisé le cabinet de la ministre, dimanche en fin de journée.

Plus tôt dans la journée, la députée fédérale cdH Catherine Fonck avait déploré qu'aucune information n'ait été donnée sur la nature des retombées sur les sols à distance de l'usine, à partir du nuage, potentiellement chargé de poussières toxiques qui est passé au-dessus de la Belgique. Dimanche en fin de journée, le cabinet de Mme Tellier a souligné que dès jeudi, la ministre wallonne de l'Envionnement a pris contact avec son administration pour vérifier l'impact éventuel sur la Wallonie du passage du nuage et des polluants résiduels venant de l'incendie de Rouen. Celle-ci est depuis lors, "en contact permanent avec le centre de crise wallon, qui travaille de concert avec l'AWAC et les équipes de la cellule interrégionale de l'environnement CELINE". Toujours selon le cabinet, les mesures de qualité de l'air effectuées par la cellule interrégionale CELINE sont rassurantes: la qualité de l'air est bonne en Belgique. Cela confirme les informations données par les autorités françaises qui estimaient que les résidus de pollution n'arriveraient qu'en quantité très faible et que la pluie accentuerait heureusement le phénomène de dispersion des polluants.



Pas de risque à ce stade

Par souci de précaution, la ministre wallonne de l'Environnement a néanmoins pris contact samedi avec son homologue française Elisabeth Borne. La ministre française lui a transmis un rapport détaillé des mesures effectuées à proximité de l'usine de Rouen qui "n'identifie pas de risque à ce stade pour la population française et donc pas non plus pour la population belge". Des analyses complémentaires sont prévues par les autorités françaises, notamment en milieu agricole, "qui seront bien sûr étudiées avec attention par les services de Wallonie".

Enfin, en ce qui concerne les retombées de suies sur le sol, la ministre Tellier contactera les autorités fédérales pour solliciter un rapport du Centre de Crise National sur le nombre de signalements auprès des pompiers.

La députée fédérale cdH Catherine Fonck était l'invitée de la matinale de Bel RTL. Elle réclame des prélèvements sur le sol belge. 

Vos commentaires