En ce moment
 

Jean-Denis Lejeune réagit au livre de l'avocat de Dutroux: "En 1995 il était déjà récidiviste, il n'a pas le droit d'être réinséré"

L'avocat de Marc Dutroux, Bruno Dayez, a écrit un livre qu'il a intitulé "Pourquoi libérer Dutroux?". Dans cet ouvrage, le juriste explique les raisons qui le poussent à demander la libération conditionnelle de son client en 2021. Au-delà de la polémique lancée par son livre, Bruno Dayez souhaite ouvrir le débat sur le système carcéral en Belgique, sur la réclusion à perpétuité et la libération conditionnelle.

Après avoir interrogé Bruno Dayez dans le RTLinfo 13H ce jeudi, nous avons recueilli l'avis de Jean-Denis Lejeune dans le RTLinfo 19h. Le père de Julie, l'une des victimes de Marc Dutroux, a accepté de réagir à cette publication. Il a été interviewé par Caroline Fontenoy en direct.

Caroline Fontenoy: Pour l'avocat de Marc Dutroux, 20 ans plus tard il faut aller de l'avant. Selon lui, l'émotion n'est plus la même, Marc Dutroux n'est plus le même homme et mérite un traitement plus humain. Ce sont des propos qui vous fâchent?

Jean-Denis Lejeune: Ça me heurte! Je ne comprends pas. Quand on parle de justice pénale, il faut savoir que les experts psychiatres ont diagnostiqué Dutroux comme psychopathe. La psychopathie est une maladie qui ne se soigne pas. Il n'a pas le droit à la réinsertion. D'après maître Dayez lui-même, il n'a suivi aucun traitement médical en prison. Donc il n'a pas été traité médicalement, il n'a pas été suivi. Je ne vois pas quels sont les éléments que les juges du tribunal d'application des peines vont pouvoir argumenter pour libérer conditionnellement Marc Dutroux.

C. F.: Plus généralement, Bruno Dayez plaide pour une réinsertion de tous les prisonniers, y compris pour les crimes les plus graves. La justice ne doit pas, dit-il, se mettre au niveau des victimes dont la douleur est immense, et ne pas rendre coup pour coup. La réinsertion de Marc Dutroux cela vous paraît vraiment inenvisageable? Et que fait-on des prisonniers qui ont ce profil?

J.-D. L.: Mais il n'est pas question de rendre coup pour coup, car il est toujours en vie, lui. Simplement, le message que je veux faire passer, c'est que Marc Dutroux n'a pas le droit d'être réinséré, même si légalement on peut le demander. Ce type est tellement dangereux… C'est vraiment dangereux de le remettre dans notre société. Il faut savoir qu'en 1995, quand il a enlevé les petites, il était déjà récidiviste, il avait déjà été libéré conditionnellement. Il a récidivé, avec tout le CV qu'on vient de voir. Moi je ne comprends pas… Je trouve qu'il ne devrait même pas y avoir de débat autour de cette table par rapport à la libération conditionnelle de Dutroux.

Jean-Denis Lejeune réagit aux propos de l'avocat de Dutroux: "Là je suis stupéfait"

Bruno Dayez plaide pour plus d'humanité. Ce jeudi dans le RTLinfo 13H, Caroline Fontenoy lui avait demandé si Marc Dutroux en avait fait lui-même preuve. "Quand je rencontre Marc Dutroux, je rencontre un homme, pas un monstre ou un zombie. Il reconnaît sa responsabilité dans le décès des victimes. Mais dans les conditions dans lesquelles il vit, il n’est pas dans les meilleures dispositions pour s’amender. Rien n'est fait pour le laisser faire la preuve de son amendement", avait répondu Bruno Dayez.


C. F.: Une réaction à cette réponse de Bruno Dayez?

J.-D. L.: Là je suis stupéfait, heureusement que je suis assis! Marc Dutroux n'a jamais rien reconnu! Au procès d'Arlon, monsieur Dayez n'était pas là, mais il faut savoir qu'il ne reconnaît pas l'enlèvement des petites. Soi-disant on a amené Julie et Mélissa chez lui. Il ne reconnaît pas les viols. Il dit les avoir protégées. Il dit avoir tué Weinstein parce qu'il voulait tuer les petites. Selon lui, les petites sont mortes parce que lui était en prison et que Michelle Martin n'a pas été nourrir les petites. Donc il n'a strictement rien reconnu. Là franchement heureusement que je suis assis!

C. F.: Et si aujourd'hui il était prêt à reconnaître sa responsabilité, est-ce que le pardon serait envisageable?

J.-D. L.: Il n'y a pas de place pour le pardon. Ce type est un psychopathe. C'est quelqu'un de dangereux qu'on risque de remettre dans la société. C'est ça qu'il faut se rendre compte. Je ne suis pas ici dans un esprit de vengeance. Je ne suis pas dans l'émotion. Je suis très pragmatique. Légalement on peut demander sa libération conditionnelle. Mais ce type est la pire des dangerosités pour notre pays!

Vos commentaires