En ce moment
 

Jean-François nous fait découvrir son travail d'agent de quartier: "C'est vraiment une relation personnelle profonde"

Jean-François nous fait découvrir son travail d'agent de quartier:

Les agents de quartier sont les acteurs de première ligne au sein de la police. Ecoute, médiation, action… leurs tâches permettent de faciliter le travail de leurs collègues. Nos journalistes Benjamin Samyn et Emmanuel Tallarico ont suivi Jean-François dans un quartier de la zone de Bruxelles-Nord. Un quartier qui n'a pas toujours eu une très bonne réputation.

A proximité de la gare du Nord, c’est Jean-François qui est l’un des agents référents du quartier Gaucheret, situé dans le carrefour entre le transit de voyageur, un carré de prostitution et une zone d’affaires. 

Parfois, on essaie d'arrondir les angles

L’une des missions du policier est de livrer les apostilles qui exécutent les décisions de justice. "Ils savent que nous on fait juste notre boulot. On est intermédiaire là-dedans, donc ils le prennent pas mal du tout. Parfois, bon… on essaie d'arrondir les angles. Si la personne me dit qu'elle a vraiment besoin de son permis pour l'instant, je reviens un peu plus tard, je peux pas garder le dossier six mois, mais je peux le garder 15 jours ou un mois maximum", indique Jean-François Cordier.

Je n'ai jamais eu un mot plus haut que les autres avec les gens, et réciproquement

Cela fait 15 ans que Jean-François travaille dans ce quartier parfois difficilen mais qu'il a totalement adopté. "C'est un peu mon deuxième foyer, les personnes ici. Ils connaissent ma vie personnelle, je connais la leur, donc on est d'égal à égal, c'est vraiment une relation personnelle profonde. On peut dire une amitié qui s'est créée. Je n'ai jamais eu un mot plus haut que les autres avec les gens, et réciproquement", confie Jean-François.


Prise de contact avec une nouvelle habitante

Nous avons suivi l'agent jusqu'à l'appartement d'Anita, une habitante du quartier. Jean-François vient contrôler le domicile: l’occupante a pris une collocatrice qui se trouvait dans une situation familiale difficile. En toute discrétion, le policier prend contact directement avec la personne pour s’assurer de sa situation. "Comme ça je sais que vous êtes installée, etc. On a été mis au courant de tout. Anita me connaît, si jamais il y a quelque chose… Sinon, vous n'avez pas eu de visiteur indésirable ni rien?", lui demande le policier, cherchant d'ores et déjà à nouer le contact.

Je me sens en sécurité

Anita ne parle qu'en son nom mais elle se dit satisfaite du travail des agents de quartier. "J'habite le quartier depuis 25 ans, ça a beaucoup changé. Parce que le quartier Nord était vu comme un quartier vraiment infréquentable. Mais grâce à la police, les tournées qu'ils font, l'inspecteur de quartier j'ai un problème j'envoie un mail ou je téléphone… je me sens en sécurité", explique Anita.


Un travail aussi administratif

Jean-François, l’œil du quartier concernant toutes les problématiques, termine sa tournée de terrain et rentre au commissariat pour réaliser ses tâches administratives. Elles représentent la moitié de son travail.

Vos commentaires