En ce moment
 
 

Kevin, le policier qui a porté un écusson templier, s'exprime

Kevin, le policier de Couvin qui a porté un écusson assimilé à la croix des templiers, s'exprime. Dans les colonnes de Sudpresse, il revient sur l'impact de la polémique sur lui-même et sur les membres de sa famille. Il s'explique également sur sa présence à une manifestation d'extrême droite.

En premier lieu, Kevin donne des précisions sur l'utilisation de cet écusson représentant une croix des templiers, qui a fait couler tellement d'encre. "Je l'ai choisie pour les valeurs de protection et de service qu'elle incarne, pas pour les idées d'extrême droite", dit-il à nos confrères de Sudpresse.

Si le port de cet emblème n'était pas réglementaire, le policier de la zone de police des Trois Vallées nie toute affinité avec des idées extrémistes. "Si j'avais vraiment des idées d'extrême droite, cela aurait fini par remonter bien avant. J'ai des ambitions… Désormais, on me regarde comme une ordure que je ne suis pas", explique-t-il.

L'impact de l'affaire frappe l'homme de plein fouet, mais aussi ses proches. "Je dors mal. J'ai peur qu'un incident ne survienne. Mes grands-parents pleurent. Ils ont connu la guerre et le fascisme", confie Kevin.

Enfin, l'inspecteur s'explique sur sa présence à une fête du mouvement d'extrême droite Nation, près de Couvin en juillet 2016. L'information a été révélée dans l'émission C'est pas tous les jours dimanche par Manuel Abramowicz, spécialiste de l'extrême droite à RésistanceS.be. "Je patrouillais avec un collègue. Nous sommes allés voir ce qui se passait. À la fin de la journée, j'ai avisé l'officier de garde", précise Kevin.

Vos commentaires