L'aide aux victimes d'attentats en Belgique va être améliorée: voici les mesures décidées par le gouvernement

L'aide aux victimes d'attentats en Belgique va être améliorée. Hier, en conseil des ministres, le gouvernement a adopté une série de mesures destinées à améliorer et rendre plus rapide l’accompagnement des victimes d’attentats dans notre pays.

Tout d'abord, une indemnisation spéciale est créée, pour les frais d’avocat, pour un montant de 12.000 euros.

De plus, une liste des avocats spécialisés en indemnisation sera dressée, pour que les victimes sachent rapidement à qui s’adresser.

Pour les victimes étrangères qui seraient touchées par un attentat sur notre sol, une indemnisation spécifique sera prévue afin de couvrir les frais de séjour et de déplacement. 

Un département spécifique pour traiter les démarches des victimes sera mis en place au sein de la commission financière.

Enfin, l’avance que les victimes peuvent réclamer est portée à 125.000 euros au lieu de 30.000.

"Ce sont les assureurs qui sont là pour indemniser les victimes"

"C'est du vent si vous me permettez l'expression. Pour mieux cacher la passivité du gouvernement et des assureurs dans l'indemnisation des victimes du 22 mars", indique l’avocat Jean-Paul Tieleman qui représente 70 victimes et familles de victimes des attentats de Bruxelles, au micro d'Antonio Solimando pour Bel RTL. 

Pour cet avocat, on se trompe de combat, selon Pour lui, il faudrait surtout contraindre les assurances à faire ce pour quoi on les paye. Parce qu’aujourd’hui, des dizaines de victimes sont toujours dans le désarroi. 

"Il y a des gens qui ont subi un tel stress post-traumatique qu'elles ne sortent toujours pas de chez elles et qui sont totalement incapables de travailler depuis le 22 mars 2016 et qui ne sont pas indemnisées", rappelle Maître Tieleman. Avant d'ajouter: "Elles vivent parce que la mutuelle intervient pour eux. C'est ça le problème. Une fois de plus, la mutuelle ce sont vous et moi. Alors que ce sont les assureurs qui sont là pour indemniser les victimes"

Vos commentaires