En ce moment
 
 

L’armée recherche 2035 militaires et veut se FÉMINISER: elle recrute dans des centres commerciaux (vidéo)

L'armée belge recrute. Elle souhaite engager 2035 militaires. La défense cherche à renouveler son personnel et à le féminiser aussi Et pour y arriver, l'armée va sur le terrain. Elle tente notamment de recruter dans un centre commercial à Liège.

L’armée investit une surface commerciale dans une galerie pour séduire celles qui se font encore discrètes dans le milieu : les femmes. "On a des modes de fonctionnement qui sont complémentaires et c’est surtout cela qu’on recherche au sein de la Défense. On est persuadé que la présence de davantage de femmes va amener encore une autre dimension", précise Eric Croquet, le directeur du centre d’information de Liège en charge du recrutement.

Moins de femmes en 2020 qu'en 2017

Actuellement, la Défense compte près de 9 % de femmes dans ses rangs (2222 en 2020), un chiffre en baisse ces dernières années. En 2017, la proportion était de 12 %.

Près d’un tiers de ces femmes s’engage dans la composante médicale. Sarah est intéressée par un poste au sein de la marine. "C’est physique, c’est peut-être pour ça qu’il n’y a pas beaucoup de femmes mais il faut avoir un peu de tout", juge-t-elle.

"Il faut qu’une femme fasse ses preuves"

Avec 10 fois plus d’hommes, les femmes ne doivent pas se laisser faire. Marie-Christine a travaillé pour la Défense durant 40 ans : "Il faut qu’une femme fasse ses preuves. Sinon, elle est souvent écrasée mais je crois que c’est un petit jeu qu’il y a entre les hommes et les femmes".

"Ne pas avoir de collègues féminines à côté de soi, c’est parfois un peu difficile. Maintenant, c’est faisable sans problème. On a bien parfois des dames, qui sont mécanicienne dans un monde de garçons et cela fonctionne très bien. A l’armée, c’est la même chose", tempère Hélène Brose, adjudant-chef au commandement militaire de la province de Liége.

Pour recruter, l’armée travaille de plus en plus avec le Forem qui dispense lui aussi des formations.

Vos commentaires