En ce moment
 
 

L’horreur de l’Etat Islamique s’invite en Belgique: plusieurs attentats terroristes déjoués ces derniers mois

 

Alors que 90 Belges sont revenus des combats en Syrie à l'heure d'aujourd'hui, plusieurs attentats islamistes liés à l'Etat Islamique en Syrie et en Irak ont dû être déjoués par nos services de sécurité ces derniers mois.

Le parquet fédéral a fait échouer au cours des derniers mois plusieurs attaques dans notre pays projetées par d'ex-combattants revenus de Syrie ou par des sympathisants de l'organisation terroriste Etat Islamique, révèlent samedi L'Echo et De Tijd en s'appuyant sur des sources judiciaires.

 

Comparables à celle perpétrée par Nemmouche

Les services de sécurité et de justice ont délibérément caché ces informations afin de ne pas alarmer la population. Les suspects, qui ont été arrêtés, sont toujours incarcérés. "Il s'agit d'attaques comparables à celle de Mehdi Nemmouche au Musée Juif de Bruxelles", commentent différentes sources.

 

Deux exemples

Dans un cas, le parquet fédéral avait eu vent d'un projet concret d'attaque et était immédiatement intervenu. Dans un autre dossier, une intervention a également eu lieu, même si les enquêteurs ne connaissaient pas le projet précis des terroristes, écrivent les quotidiens économiques et financiers.

Jusqu’ici, 10 Belges revenus de Syries auraient pour projet de commettre un attentat

Tant le parquet fédéral que l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace ont refusé de commenter ces informations. Selon les sources de l'Echo et du Tijd, nonante Belges qui ont combattu en Syrie sont revenus sur notre territoire, "dont 1 sur 9 a l'intention de commettre un attentat".

No comment

Le parquet fédéral a confirmé suite à la parution de l’info qu'une enquête a effectivement mené à plusieurs opérations et mandats d'arrêts, mais sans faire d'autres commentaires. "Nous ne donnerons aucune autre information. Nous nous occupons pleinement de la problématique des ex-combattants. Nous collaborons avec les services de sécurité et ça nous a conduit à effectuer plusieurs opérations et mandats d'arrêt", a précisé Jean-Pascal Thoreau, du parquet fédéral. Aucune information sur les personnes concernées ni sur le contexte du dossier ne sera divulguée.


Vos commentaires