En ce moment
 
 

La Belgique est-elle une bonne élève en matière de contrôle des pesticides?

L'Afsca, l'agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire a livré ses chiffres. En 2018, 4420 contrôles ont été effectués. Et les résultats étaient conformes dans près de 98% des cas. Le porte-parole de l'Afsca, Jean-Sebastien Walhin, était en duplex pour le RTLINFO 13H depuis le centre de Bruxelles.

Comment analyser ces résultats? Est-ce que ça veut dire qu'il y a peu de pesticides dans nos fruits et légumes?

Effectivement, on voit que l'agence alimentaire, l'AFSCA, qui est chargée de protéger le consommateur, a fait beaucoup de travail en ce qui concerne les résidus de pesticides. Les contrôleurs ont été prélevés sur le terrain plus de 4200 échantillons en 2018. Ca concerne la nourriture pour bébé, la nourriture pour les animaux, la nourriture humaine, les fruits, les légumes, également tous les produits importés de l'étranger, des pays tiers, et on voit qu'on est à un taux de conformité de près de 98%. Donc la situation est fortement rassurante, et parmi ces 98%, dans tous les échantillons prélevés en 2018, on sait que 1 sur 3 approximativement ne contenait aucune trace de pesticides.


Certaines associations comme Nature et Progrès considèrent que les seuils de pesticides sont trop élevés en Belgique, qu'en pensez-vous ?

C'est une question intéressante et l'information qu'il faut retenir ici, c'est que sur chaque échantillon qui est prélevé, il y a entre 400 et 600 résidus de pesticides qui sont analysés par échantillon, ce qui est énorme. Ensuite, les normes qui sont définies au niveau européen, et que nous à l'agence, on est censés contrôler, ce sont des normes qui sont établies non pas sur des critères de toxicologie ou de santé publique mais bien sur l'aspect réglementation; et donc, un échantillon qui serait non-conforme où la norme serait dépassée, n'implique pas un risque pour le consommateur. Ça dépend du niveau de dépassement.

On voit que 98% des échantillons sont conformes, 2% des échantillons 2018 sont non-conformes mais dans ces 2% la grande majorité ne représente aucun risque pour le consommateur et les risques qui ont été identifiés, pour ceux-là, on a rappelé le produit auprès du consommateur en 2018. Les baies de goji, une bonne collaboration entre test achats et puis l'Afsca, on a rappelé 8 fois des baies de Goji importées de Chine. Parce qu'on voyait qu'au niveau de nos frontières, après analyse, il y avait des taux de pesticides qui représentaient un risque pour le consommateur. Grosso modo, l'EFSA en Europe a posé en 2017 la probabilité de pesticides qui auraient des impacts négatifs sur la santé. Et bien ce risque est faible. Ça ne veut pas dire qu'il est inexistant. Par contre, en Belgique on voit bien qu'il y a beaucoup de contrôles qui sont faits grâce à nos contrôleurs inspecteurs sur le terrain, que je remercie. On voit que le consommateur est très bien protégé par rapport à ces aspects-là.

Vos commentaires