En ce moment
 
 

La Belgique plus stricte que ses pays voisins pour ses fêtes de fin d'année: Yves Van Laethem explique pourquoi

 
CORONAVIRUS
 

Ce 27 novembre, le Premier ministre Alexander de Croo a détaillé les règles qui s'appliquent durant les prochaines semaines. Les commerces vont rouvrir en Belgique à partir du 1er décembre mais le confinement partiel restera en vigueur car il demeure nécessaire pour poursuivre la baisse des contaminations au Covid-19.  Pour les fêtes de fin d'année, la règle consistant à ne recevoir qu'une seule personne restera en vigueur. Cette année, "nous fêterons Noël en famille, peu nombreux, ce sera plus intime" et il y aura une interdiction générale de feux d'artifice pour le Nouvel An, a expliqué le Premier ministre. 

À l'inverse, plusieurs pays européens ont opté pour une trêve de la fin de l'année. Le Royaume-Uni a autorisé les réunions de famille du 23 au 27 décembre, tandis que l'Allemagne envisage de limiter à dix personnes le nombre de participants aux fêtes familiales. Comment expliquer que la Belgique est si stricte? Les autres pays feraient-ils fausse route?

Invité sur le plateau du RTL INFO 19h, Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral donne quelques explications. "Les autres pays sont très très libéraux, c'est le moins que l'on puisse dire. La Belgique a une situation pour l'instant où épidémiologiquement parlant, nous ne sommes pas encore en excellente position. Nous sommes à peu près au niveau du mois d'avril où il n'y avait pas la liberté d'aller dans les magasins. D'ici un mois, ça devrait aller mieux. Mais il a été clairement décidé d'avoir un risque zéro, d'avoir un risque zéro d'influence des fêtes. Donc on n'a rien bougé", a-t-il précisé. 

On peut imaginer que l'on puisse manger dehors à distance

Invitée dans l'émission C'est pas tous les jours dimanche, Annelies Verlinden, la ministre de l'Intérieur avait indiqué qu'un assouplissement de dernière minute n'était pas exclu si les chiffres le permettent. Une mesure contestée par le ministre de la Santé qui souhaite s'appuyer sur la stratégie définie. Pour Yves Van Laethem, un assouplissement de dernière minute ne serait pas forcément une mauvaise idée. "Je ne suis pas certain que ce serait une mauvaise idée. Je ne suis pas certain qu'une personne en plus dans un foyer pendant une soirée va changer nos courbes. Mais clairement, notre Premier ministre ne le souhaite pas et c'est le politique qui décide. L'option a été celle de la fermeté", a-t-il souligné sur notre plateau. 

Comment faire si l'on veut inviter plus d'une personne au réveillon? Il existe quelques alternatives, comme nous le rappelle le porte-parole interfédéral. "On sait que l'on peut être quatre à l'extérieur, que ce soit dans un parc, un jardin ou une très grande terrasse. On peut imaginer que l'on puisse manger dehors à distance dans des conditions que l'on n'espère pas trop précaires. Le mois de décembre n'est pas le meilleur pour cela en Belgique", a-t-il précisé. 

COVID-19 Belgique : où en est l’épidémie ce dimanche 29 novembre ?

 




 

Vos commentaires