La Belgique, proie facile pour les pirates informatiques? Les cyber-flics dénoncent un manque de personnel

La Belgique, proie facile pour les pirates informatiques? Les cyber-flics dénoncent un manque de personnel

La Federal Computer Crime Unit fait face à un manque cruel de personnel et ne pourra bientôt plus effectuer son travail opérationnel, dénonce son directeur Walter Coenraets dans une note au ministre Jan Jambon, relayée par les titres Sudpresse, lundi.

"En raison d'un manque de personnel, qui va s'intensifier de manière dramatique à court terme, il est très vraisemblable que la FCCU ne soit plus en état d'exercer son travail opérationnel", écrit M. Coenraets au ministre de l'Intérieur Jan Janbon (N-VA).

D'ici septembre, les effectifs centraux seront réduits à 13 unités, dont aucun francophone. Le service compte actuellement 22 "cyber-flics", alors qu'ils devraient être au nombre de 44 pour assurer un service normal. "Le grand risque qui en découle consiste en une plus grande exposition aux cyberattaques et à une moindre sécurité sur ce plan", conclut le directeur.

Selon Sudpresse, les agents seraient notamment découragés en raison d'une prime de 180 euros que leurs collègues des autres services perçoivent, mais pas eux.

Vos commentaires