En ce moment
 

La bonne idée d'un groupe de bénévoles: aménager un mobile home en douche ambulante pour les sans-abris (vidéo)

Linda vient tous les vendredis aux rendez-vous. Le mobile home est aménagé pour accueillir les sans-abris, et en plein hiver, c'est indispensable. "C'était horrible les coups de froid qu'on a eu dernièrement. Moi j'habite dans une tente. Ici ça fait du bien de se réchauffer, vraiment", confie Linda.


"Lundi, quelqu'un m'a dit qu'il a pu aller au cinéma, c'était une grande sortie pour lui"
 
Depuis un an, ce mobile home tourne dans Bruxelles trois fois par semaine. Il permet aux sans-abris de se laver et de se réchauffer, mais pas que ça. "Au-delà de la douche, c'est vraiment un contact qu'il peut y avoir avec des personnes en dehors de la rue. Pouvoir parler des projets qu'ils avaient avant. Lundi, par exemple, quelqu'un m'a dit qu'il a pu aller au cinéma, et que c'était une grande sortie pour lui. Pouvoir en parler à quelqu'un qui a aussi la chance d'aller au cinéma, ça lui fait du bien, tout simplement", indique Baptiste Verhamme, éducateur spécialisé stagiaire. "Ils vous rhabillent des pieds à la tête, ils vous guident si vous avez besoin d'être guidés. On peut se réchauffer dans le camion avec eux, et aussi prendre une bonne soupe et discuter de plein de choses", ajoute Linda, le sourire aux lèvres.


Une aide en plusieurs étapes

Les bénévoles vont aussi à la rencontre des sans-abris dans la rue pour leur proposer de les rejoindre. "La première rencontre, ce n'est évidemment pas la douche. La première rencontre c'est offrir un café, un biscuit, et on discute avec les gens. A partir du moment où ils prennent confiance dans le lieu et avec nous, on peut ensuite proposer la douche en second lieu. En général, ceux qui ont pris une douche y reviennent", explique Pascal Biesemans, directeur de l'ASBL Rolling douche.

30 bénévoles offrent aujourd'hui leurs services à l'ASBL, qui se finance avec des dons privés et des subsides. La Rolling douche espère encore augmenter son aide dans les prochains mois.

Vos commentaires