La cantatrice Barbara Hendricks était à Bruxelles pour visiter les services d'aide aux migrants: "Je crois à la Démocratie qui a les citoyens pour moteur"

La chanteuse lyrique afro-américaine Barbara Hendricks, ambassadrice du Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiés (UNHCR), a visité, durant toute la journée de jeudi, les différents services d'aide aux migrants proposés par les citoyens de Bruxelles. Ce qu'elle retient de cette journée, c'est d'abord "beaucoup de chaleur humaine et de solidarité".


"Je crois beaucoup à la Démocratie, avec un D majuscule, qui a comme moteur les citoyens"

Elle a commencé par rencontrer jeudi matin une famille qui héberge 4 hommes venus d'Ethiopie et d'Erythrée. Sur place, Zénam, un jeune Erythréen en route vers l’Angleterre. C'était la première fois qu'il voyait une star. Il est l’un des 350 migrants ou réfugiés hébergés par la plateforme citoyenne et tous ces bénévoles qui apportent un toit et le réconfort. Pour Barbara Hendricks, solidarité rime avec humanité et démocratie. "Moi je crois beaucoup à la Démocratie, avec un D majuscule, qui a comme moteur les citoyens. Parce que pour faire bouger des politiques, des élus, la seule façon, à mon avis, c'est que les citoyens insistent sur les choses qui sont importantes".


"Voir cette chaleur humaine donne de l'espoir"

La cantatrice américaine, qui parle le français, s'est également rendue au centre d'accueil de la Porte d'Ulysse, géré par la Plateforme citoyenne de Soutien aux Réfugiés. Elle y a ensuite rencontré jeudi après-midi des jeunes réfugiés qui font leurs études à la VUB et s'est rendue au Hub humanitaire. "J'ai parlé avec des personnes de Médecins du Monde qui s'occupent des problèmes de santé mentale et les drames que les migrants ont vécu dans leurs pays et aussi sur leur route, surtout pour les femmes, c'est difficile. Mais, à l'arrivée, voir cette chaleur humaine donne de l'espoir".

Les bénévoles qui apportent le réconfort, qui aident, qui hébergent, sont aujourd'hui encouragés par Barbara Hendricks. "Chaque geste est très important, et comme on accueille une star, comme la princesse qu'on a accueilli aussi ici, je crois que c'est important qu'ils voient le milieu, le contexte dans lequel on travaille", explique Hanane El Amrani, de la Plateforme citoyenne.

Ne pas jouer sur la peur des gens

Plutôt que de jouer sur les peurs des gens, elle estime que les représentants politiques devraient s'inspirer de ce courage citoyen: "On se demande de quoi ils ont peur. Est-ce qu'ils ont peur de l'autre ou est-ce qu'ils ont peur de ne pas être réélus ? L'abolition de l'esclavage ou le droit de vote des femmes n'ont pas été donnés, simplement parce que c'était juste. Il y avait des mouvements, des activistes, qui ont poussé en ce sens pour changer les choses. (...) S'ils ont envie d'être réélus, ils doivent entendre que les citoyens veulent une société basée sur la solidarité, une Europe qui n'oublie les valeurs qui l'ont fondée, qui sont basées sur la dignité humaine". 

Vos commentaires