En ce moment
 

La Croix-Rouge réunit des familles qui se sont perdues de vue: "C’est beaucoup d’émotions"

La Croix-Rouge réunit des familles qui se sont perdues de vue:

L'une des missions peu connues de la Croix-rouge est de rétablir les liens familiaux. L'institution s'occupe de retrouver certains proches qui se sont perdus de vue. Elle travaille notamment avec des réfugiés qui n'ont plus de nouvelles de leur famille. Rien qu'en 2017, elle a permis de rassembler plus de 200 personnes.

Rétablir les contacts avec la famille, c’est l’une des missions de l’organisation Croix-Rouge. Ils sont quatre dans l’équipe. Des recherches parfois difficiles. Souvent les personnes qui les sollicitent n’arrivent qu’avec un prénom et un nom sans même de date de naissance. Victoria Henaut, Coordinatrice du service à la Croix-Rouge, était au micro de Chantal Monet pour le RTL info 13 heures: "A l’international, quand il s’agit de recherches de terrain, dans les villes et les villages, ça prend du temps. Ça demande une organisation énorme et un déploiement énorme de bénévoles et de personnel. En général, cela prend un an."

"Ce sont des super moments"

L’essentiel des recherches de personnes disparues s’effectuent dans le cadre de catastrophe naturelle et des flux migratoires. Nancy Ferroni, porte-parole de la Croix-Rouge de Belgique: "Il suffit que le passeur confisque ce téléphone et cela arrive régulièrement, ou alors le vol, ou qu’il tombe à la mer. La personne se retrouve ici sans aucun contact." Pour ses recherches, la Croix-Rouge dispose de fichiers reprenant des milliers de photos et d’un énorme réseau couvrant 190 pays. Mais derrière tout cela, il y a surtout des histoires de vies. Victoria Henaut poursuit: "C’est beaucoup d’émotions. C’est très chouette et très gratifiant. Ce sont des super moments quand on annonce aux gens qu’on a retrouvé leur frère ou leurs parents, voire leurs enfants."

Mais parfois, la recherche se conclut par l’annonce d’un décès. "Pour nous, le droit de savoir où se trouve son proche disparu est un droit aussi fondamental que celui de se nourrir ou se loger", ajoute Nancy Ferroni. L’an dernier, la Croix Rouge de Belgique a ouvert 274 dossiers. Elle en a résolu 107. Permettant à 230 personnes de se retrouver.      

Vos commentaires