En ce moment
 

La FGTB assure que "tout roule correctement" aux TEC et accuse le ministre Di Antonio de déni de démocratie !

Thierry Bodson, le secrétaire général de la FGTB wallonne, était l'Invité de Bel RTL ce matin. Il a parlé de l'implication de chauffeurs TEC dans la manifestation contre la réforme des emplois APE qui n'a, a priori, rien avoir avec les transports publics. Leur présence à Namur explique les nombreux bus qui ne sont jamais sortis des dépôts ce matin.

Thierry Bodson l'a assuré ce matin : "Les bus roulent partout, dans toutes les villes en Wallonie. Je peux vous assurer que toutes les lignes sont assurées", a-t-il déclaré, ajoutant que "tout roule tout à fait correctement" en Wallonie.

Pour lui, on ne peut pas parler de grève sauvage mais juste une participation à une manifestation. "Ce que la CGSP a fait, c'est de demander une autorisation aux TEC, à l'employeur, pour qu'entre 50 et 100 chauffeurs de bus puissent venir à la manifestation. Ce qui est quand même encore un droit de venir manifester".

Sauf qu'il accuse nommément le ministre wallon des Transports cdH Carlo Di Antonio d'avoir tenté d'empêcher les chauffeurs voulant participer à cette manifestation d'exercer ce droit. "Je constate qu'aujourd'hui, un ministre cdH, M. Di Antonio, a essayé d'empêcher des citoyens d'aller à une manifestation et de marquer leur solidarité par rapport à 60.000 travailleurs en Wallonie", a-t-il déclaré. "Il y a un gros impact sur la démocratie en Wallonie. Parce que nous avons dû négocier jusque 18h hier pour enfin constater que le TEC reconnaissait son erreur –qu'il n'aurait pas dû envoyer le courrier de menace qu'il a envoyé aux chauffeurs- en disant "oui, les chauffeurs qui désirent aller à la manifestation pourront y aller". Hier à 18h pour une manifestation aujourd'hui à 10h…", justifie-t-il.


Le TEC répond que non, tout ne roule pas correctement et accuse la FGTB de n'avoir pas respecté l'accord signé hier

Le groupe TEC a répondu à Thierry Bodson qu'il est soit mal informé par ses équipes qui négocient avec la direction, soit qu'il transforme la réalité. "La réalité sur le terrain, c'est que le réseau est très perturbé. On est loin de l'accord signé hier" avec les syndicats, déplore le directeur du marketing du groupe TEC, Stéphane Thiery Thiery. La direction appelle à la réunion "dans les plus brefs délais" d'un nouveau bureau de conciliation pour attirer "de manière très ferme" l'attention sur le fait qu'aujourd'hui le client est touché par le non-respect d'un accord par les syndicats, et par une manifestation qui ne concerne en rien le TEC. En effet, l'accord trouvé hier à 18h comme l'expliquait M. Bodson stipulait, selon les TEC, que la participation d'une délégation syndicale au rassemblement était tolérée pour peu qu'elle n'ait aucun impact sur le service aux clients.

Le ministre Carlo Di Antonio n'a de son côté pas encore réagi aux accusations de Thierry Bodson.

Vos commentaires