En ce moment
 
 

Et si une pénurie de masques touchait l'industrie? "Les ouvriers ne voudront pas travailler sans protection individuelle"

Et si une pénurie de masques touchait l'industrie?
©AFP
CORONAVIRUS

Une pénurie de masques pourrait-elle avoir des conséquences dans l'industrie ? Philippe est ouvrier dans une usine qui fabrique des éclairages et porte un masque sur son visage chaque jour. Il a vu le stock diminuer depuis le début de l'épidémie. "Dans notre stock, il nous reste de quoi tenir deux jours, explique Philippe. Après, les ouvriers ne voudront pas travailler sans protection individuelle. Sur une journée de 8 heures, on a le masque sur notre visage pendant 6 heures. Il sert à nous protéger de la poussière et tous les produits fibreux comme le polyester, comme le bois, l'aluminium"

Sans masque les ouvriers pourraient donc se retrouver au chômage technique. Pour l'instant les seules alternatives sont très chères. "Les fournisseurs nous proposent d'autres masques avec un système de cartouches à visser mais le problème de ces masques est qu'ils sont 15 fois plus cher. Il faut s'imagine le coût pour les entreprises de plus de 100 employés", ajoute-t-il. Son entreprise nous a confirmé que la marque habituelle de masque qu'elle prenait n'était plus disponible. Mais son fournisseur lui a proposé le même type de masque d'une autre marque.

Les gens et les entreprises se ruent vers les masques. Ce ne sont pas seulement les pharmacies qui sont en pénurie. C'est également un problème rencontré dans d'autres magasins.

"Les magasins de bricolage sont en rupture de stock parce que les gens font comme nous : ils essayent de trouver un autre masque", dit encore l'ouvrier.

Ces masques FFP2 les mêmes que les soignants réclament pour se protéger. Mais les personnes qui ne sont pas malades n'en ont pas besoin.

Quelles sont les consignes à suivre si on présente des symptômes et qu'on revient d'une région avec des cas déjà recensés ?

Les consignes sont les mêmes pour tout le monde. Une personne qui présente de symptômes grippaux en général : apparition brutale de température (à partir de 38 ), signes respiratoires, dyspnée (difficulté respiratoire) etc. qui revient d’une région à risque (nord de l’Italie, pays asiatiques, le département de l’Oise en France…) dans laquelle elle a séjourné dans les 14 jours. Dans ce cas-là, il faut prendre des précautions particulières: il faut téléphoner au médecin généraliste, surtout ne pas se rendre aux urgences parce que là on va entrer en contact avec un tas d’autres personnes, si jamais on est porteur du virus on va le diffuser. Donc téléphoner au médecin, lui expliquer la situation et le médecin soit ira à domicile, soit fera venir le patient à un moment où il n’y a personne dans sa salle d’attente.

Quels sont les groupes à risque ?

Les groupes à risque sont les personnes âgées et les personnes fragilisées (maladies chroniques).

Où trouver des explications sur le coronavirus ?

Il y a deux sites internet:

www.sciensano.be
www.info-coronavirus.be

Un numéro vert est également activé: 0800 14 689

 

Vos commentaires