En ce moment
 
 

La police présente sa nouvelle arme contre les excès de vitesse: un radar tronçon MOBILE

La police présente sa nouvelle arme contre les excès de vitesse: un radar tronçon MOBILE

Un nouveau type de radar a été présenté ce dimanche: un radar tronçon mobile. Le principe est toujours de mesurer votre vitesse sur un trajet déterminé, et pas seulement à un point précis. Ce qui change, c'est que le dispositif peut être déplacé. Le tout premier a été testé ce dimanche matin sur l'A12. Pour la Wallonie et Bruxelles, il faudra encore attendre avant de le voir sur nos routes.

Le voici, le premier radar tronçon mobile en Belgique:
  
Ce dispositif permet de contrôler la vitesse moyenne des véhicules entre deux points précis. Pour l'instant, il existe 12 radars tronçon fixes en Flandre, mais 45 sont en projet. "Nous sommes à une étape importante dans la mise en place des radars tronçon mobiles, il est désormais possible de les déplacer facilement. Avec la première génération, la connexion se faisait par câbles. Maintenant avec la deuxième, les radars peuvent être déplacés car ils sont alimentés par des batteries", indique Ben Weyts, ministre flamand de la Mobilité et des Travaux publics.



Cibler les zones où il y a des accidents et les chantiers

Le radar tronçon a montré son efficacité là où il a déjà été testé, par exemple avec celui entre Erpe-Mer et Wetteren sur la E40: 50 accidents graves avant son installation, zéro aujourd'hui.

Cette fois-ci, la nouvelle génération de radars tronçons mobiles se trouve sur l'A12, entre Londerzeel et Willebroek, au nord de Bruxelles, et ce n'est pas un hasard. "Sur cet axe, 20 à 25 mille voitures passent chaque jour, avec comme conséquence des accidents. Il y a 20 accidents graves par an et l'année dernière trois personnes sont mortes. C'est vraiment le bon endroit pour contrôler la vitesse", explique Erik Sclep, de l'Agence des routes et du trafic.

Le nouveau radar coûte 100.000 euros. Il doit rester sur ce tronçon de l'A12 jusqu'en février, avant d'être déplacé vers d'autres zones sensibles. "Nous allons ensuite les installer sur les chantiers. L'an dernier, sept personnes sont mortes alors qu'elles se trouvaient dans des zones de travaux. Les automobilistes ne respectent pas les limitations de vitesse. Nous allons faire en sorte que cela change", précise Ben Weyts.

La facture du déplacement du radar tronçon est de 40.000 euros, mais le budget flamand prévoit déjà d'intégrer ce coût. Pour ce qui est de la Wallonie et de Bruxelles, il faudra encore attendre avant de voir ce genre de radar fleurir sur nos routes.

Vos commentaires