En ce moment
 

La réforme historique des TEC est entérinée: "Cela va faire quelques centaines de milliers d'euros d'économies"

Le gouvernement wallon a entériné ce matin la réforme de la gestion des TEC. Six entités deviennent une seule entité et les 85 administrateurs passent à 15. Le point sur la réforme.

Les cinq directions locales du groupe disparaissent. Ainsi que la société régionale qui les chapeautait. Demain, place à un organisme unique pour gérer les bus. Son nom : opérateur de transport de Wallonie. Mais la marque TEC est maintenue et l’usager ne devrait pas voir de différence. Conséquence importante de cette fusion : le passage de 85 administrateurs.. à 15 !

"Ca va faire quelques centaines de milliers d'euros d'économies. Rémunérer 15 administrateurs pour une société coûte moins cher que la rémunération de 85 administrateurs qui en gèrent six", a indiqué Carlo Di Antonio, ministre wallon de la mobilité et des transports, à notre journaliste Sébastien Prophète.

Des bassins de mobilité apparaissent. Ils correspondent aux zones géographiques des différentes directions actuelles. Pour maintenir un ancrage local, des représentants communaux de ces bassins se réuniront deux fois par an.

Objectif de ces évolutions : davantage d’efficacité pour réformer le réseau. "Il faut créer des lignes de bus en plus, et il faut aussi que le service soit mieux assuré. On connaît aujourd'hui le problème des grèves trop fréquentes", a ajouté Carlo Di Antonio.

La réforme devrait être opérationnelle dans son intégralité d’ici début 2019. Malgré les propos rassurants du ministre de la mobilité, en raison de cette fusion, des représentants syndicaux craignent à terme une réduction du personnel.

Vos commentaires