En ce moment
 

La Région wallonne souhaite limiter l'urbanisation des campagnes: en 2050, il ne sera plus possible d'obtenir un permis pour transformer des sites en zones constructibles

Des plus en plus de Wallons font le choix de vivre à la campagne. En 30 ans, le nombre de terres urbanisées a augmenté de près de 40 %. Une expansion que la Région wallonne compte limiter au maximum dans les années à venir. Illustration dans la région de Saint-Ghislain avec Julien Crète et Xavier Preyat.

Le site que nos journalistes ont visité ce matin est toujours un vaste espace vert, mais d'ici quelques mois, il accueillera un lot d'habitations. Ces derniers temps dans l'entité de Sirault (Saint-Ghislain), on a vu se développer des dizaines de projets immobiliers sur les terrains vides, de quoi faire réagir les futurs voisins.

Fabian Fouarge, un habitant de Sirault ne cache pas son mécontentement: "Cela va vraiment être un bloc de murs qui sera érigé à cet endroit, et on va avoir cela juste en sortant de chez nous."

"Ils ont déjà tout bâti de ce côté-là et maintenant, ils vont encore bâtir par ici donc, ce n'est pas agréable non plus. Surtout de grandes maisons comme celles-là", déplore une autre voisine.

Dans ce village, d'autres constructions sont parfois annoncées: des lotissements et parfois même des bâtiments de plus grand volume.

"Utiliser tous les champs disponibles pour y construire des maisons, cela va occasionner plus de "va-et-vient" au niveau des véhicules et autres, donc notre tranquillité est partie à ce moment-là", témoigne monsieur Fouarge.


Ces dernières années, le phénomène d'urbanisation des campagnes n'a cessé de se développer au point de modifier parfois le paysage de certaines zones.

En 30 ans, les terres urbanisées ont augmenté de 39,3% en Région wallonne, soit 13 kilomètres carrés chaque année.

Pascal Simoens, urbaniste pour la faculté d'architecture UMons nous explique cette mutation: "On a vraiment vu une explosion de cet habitat qui a profondément transformé le paysage en ce qu'on appelle mitage en ruban urbanisé le long des routes entre les villages et entre les villes".

Face au problème, la Région wallonne a décidé de réduire l'urbanisation. En 2050, il ne sera plus possible d'obtenir des permis pour transformer des sites en zones constructibles. L'objectif d'une telle mesure est de préserver les terres agricoles, réduire les coûts en équipements, limiter l'utilisation des voitures.

La solution devra venir des villes où il faudra construire mais aussi transformer.

"Il y a encore énormément de potentiel dans certaines grandes maisons bourgeoises qui permettent d'avoir, par exemple, deux familles qui y vivent. Ces grandes maisons font 250 mètres carrés au départ, cela peut donc représenter un logement de 120 mètres carrés, ce qui est raisonnable quand on regarde à l'échelle européenne", développe Pascal Simoens.


La Région wallonne souhaite développer de nouveaux quartiers à l'avenir. À proximité des villes, des milliers de logements potentiels ont déjà été ciblés.

Vos commentaires