En ce moment
 
 

La sécheresse est bel et bien là et touche tout le pays: les agriculteurs ne cachent pas leur angoisse

La sécheresse est bel et bien là et touche tout le pays: les agriculteurs ne cachent pas leur angoisse

Depuis trois semaines, aucune goutte d'eau n'est tombée. Nous sommes donc bel et bien en période de sécheresse. Ce niveau de pluviométrie n'a rien d'exceptionnel mais il s'ajoute à deux étés particulièrement secs et un hiver peu humide. Du coup, le sol est totalement aride. Dans les fermes, les agriculteurs ne cachent pas leur angoisse.

"J'ai remarqué depuis quelques jours que le sol commence à se craqueler et la nappe phréatique se trouve même pas à 1 mètres 30 du sol. La nature commence à souffrir car il commence à faire anormalement sec dans la vallée", a témoigné récemment une habitante de Wallonie via notre bouton orange Alertez-nous.

Sans surprise, les relevés de l'Institut Royal Météorologique (IRM) confirment ce que l'on savait: la sécheresse touche tout le pays. Depuis le 20 juin, plus une goutte de pluie n'est tombée à Uccle, la base de référence de l'IRM.

Une moyenne a été faite entre 1981 et 2010: 852 litres d’eau par m² tombait par an. En 2017, nous n’avons eu que 749l/m² et en 2018 à peine 650l/m². Nous sommes donc en déficit d’eau depuis 2 ans.

Dans les campagnes, cultivateurs et éleveurs ne cachent plus leur angoisse. Ils doivent entamer les réserves d'hiver pour nourrir les animaux et plus rien ne pousse dans les pâtures. Pour les cultures, le constat est tout aussi inquiétant: les blés sont moissonnés avant qu'ils n'arrivent à maturité. Si on tarde, les plants seront secs et donc inutilisables.


L'angoisse des agriculteurs: "On se demande si on va vraiment continuer"

Isabelle et son mari possèdent un élevage de bétail à Gozin, près de Beauring. Leurs animaux nécessitent énormément d'eau."On a besoin d'eau pour l'entretien des bâtiments, des niches à veaux et tout. Et là on n'a pas vraiment d'autre solution que de prendre de l'eau de ville", indique Isabelle.

Ce sont des centaines de mètres cube destinés uniquement pour l'élevage. Mais le couple doit aussi arroser les 80 ha de cultures. "L'agriculture n'est déjà pas un secteur très facile. On a quand même beaucoup de problèmes. La conjoncture ne nous aide pas. Mais si en plus de cela, le climat s'y met, on se demande si on va vraiment continuer comme cela", regrette Isabelle.

On annonce le retour de la pluie prochainement mais cela ne sera sans doute pas suffisant. "Je ne dis pas que cela ne va pas donner un petit coup de fouet pour la remis en route mais on va devoir rester vigilants car là on est vraiment en-dessous de tout. On doit donc utiliser l'eau avec parcimonie", conclut l'agricultrice.

Les autorités wallonnes évalueront la situation ce mercredi, en concertation avec la cellule sécheresse du centre de crise. Concernant l'eau potable, il n'y a pas de pénurie mais une situation qualifiée de critique. Seule la commune de Tellin en province de Luxembourg impose des restrictions pour l'instant. 

Vos commentaires