En ce moment
 
 

Le patient pourrait économiser 11% de son budget pharmacie grâce aux médicaments génériques, pourquoi n'a-t-il pas ce réflexe?

Le patient pourrait économiser 11% de son budget pharmacie grâce aux médicaments génériques, pourquoi n'a-t-il pas ce réflexe?
©Isopix
La Voix des Belges

8 Belges sur 10 font confiance aux médicaments génériques, nous apprend notre opération "Élections 2019 - La voix des Belges". Pourtant, dans la pratique, seuls 40% des médicaments vendus sont des génériques. C'est beaucoup moins que la moyenne européenne qui s'établit à 55%.

Si le Belge se tourne en priorité vers les médicaments originaux, c'est souvent parce qu'il est attaché à ses habitudes.

"Quand c'est un médicament qu'on prend depuis plusieurs années, je préfère suivre celui-là. Mais si on me dit qu'il n'y en a pas et qu'il y a un générique qui est le même, il n'y a pas de problème", explique une patiente.

Pour Laurent Mersh-Mersch, médecin généraliste, "le générique a dû prouver son efficacité au moins équivalente à celle de l'original. Les freins sont plutôt d'ordre psychologique", estime-t-il.

L'avantage principal du générique, c'est son prix : 19% moins cher en moyenne. C'est tout bénéfice pour le budget des soins de santé et pour le portefeuille des patients.


"Une vraie économie"

"Il y a au moins 40 millions qui sont perdus par le patient, note Anne Hendrickx, conseillère chez Solidaris. Ça représente quand même 11% de ce que le patient paie à la pharmacie. Donc, c'est une vraie économie que le patient pourrait faire simplement en changeant d'un original à un générique tout à fait identique."

Aujourd'hui, il existe une alternative générique pour 7 médicaments sur 10. Pour vous aider à les dénicher, consultez votre pharmacien.

Une étude en ligne, menée entre le 4 mars 2019 et 7 mars 2019, par l’agence de recherche iVOX pour le compte de RTL, auprès d’un échantillon de 1000 Belges, représentatif en termes de sexe, de région et de l’âge. Marge d’erreur maximale de 3%. 

Vos commentaires