En ce moment
 
 

Le 9 juin, fini la "bulle", c'est la règle de 4 qui s'applique: voici ce qui inquiète Erika Vlieghe

 
 

L’invité de 7h50 ce lundi était Erika Vlieghe, la présidente du groupe d’experts de la stratégie de sortie de la crise du covid-19. Elle a répondu aux questions de Fabrice Grosfilley.

Selon le projet d'arrêté ministériel de la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden, il n'y aura à partir du 9 juin plus de limitation aux contacts "physiques" entre personnes. En effet, la règle de limitation des contacts rapprochés, soit la "bulle" et le maintien d'un seul contact rapproché pour six semaines, serait en passe de filer à la poubelle, pour être remplacée par "la règle de 4", explique-t-on au cabinet de la ministre Verlinden. Il sera de nouveau autorisé d'aller par exemple au cinéma en groupes de 4. Les mesures préventives telles que la distanciation physique et le port du masque restent recommandées. À partir du 9 juin, il sera aussi possible d'être à quatre à l'intérieur. 

"Nous ne sommes pas des fétichistes du chiffre"

Cette décision n'émane pas de l'avis des experts, expliquait Erika Vlieghe, la présidente du GEMS, le groupe d'expert de la stratégie de sortie de la crise du coronavirus: "Nous ne sommes pas des fétichistes du chiffre, on voudrait qu'il soit le plus bas possible. Si vous avez envie de revoir vos amis, vos proches, faites-le en nombre limité à l’extérieur. Tant que la compagnie n’a pas été complètement vaccinée, nous considérons que c’est encore extrêmement important de garder la distance et le port du masque à l’intérieur, parce que le virus n’est pas parti, même avec le beau temps".

Trop risqué pour l'experte

L'experte estime que beaucoup de transmissions peuvent se faire dans ce cadre: "C’est quand même extrêmement dommage que maintenant que petit à petit, tout va beaucoup mieux, que ces proches ou amis se retrouvent et tout d’un coup, puissent se retrouver à l’hôpital parce qu'on a été un peu imprudents. Ce n’est pas forcément le chiffre 4 qui est un problème, mais si on choisit chaque jour 4 autres personnes et si avec ces 4 personnes on a des activités, on s’embrasse, on mange ensemble à l’intérieur, on ne garde pas de distances et on ne porte pas le masque... c'est un risque".

 




 

Vos commentaires