Les ventes de véhicules diesel en chute libre: un recul de 11% en un an

La Belgique a connu un record d'immatriculations en 2018. 549 000 voitures neuves ont été immatriculées l'année passée. Un chiffre qui n'a été dépassé qu'en 2011. La proportion de voitures essence a dépassé la barre des 50%. 58% des nouvelles voitures roulent à l'essence, contre 35% de diesel. La part de marché du diesel a chuté de 11 points en un an... Le diesel a-t-il entamé une mort lente?

Chez tous les concessionnaires, de plus en plus de clients ont le réflexe de changer de carburant. "On va passer à l’essence. On ne roule plus suffisamment et les taxes sur le diesel sont trop élevées, le prix du mazout également donc on a décidé de changer", témoigne un acheteur.

Entre 2017 et 2018, les ventes de diesel ont chuté. Elles étaient à 46% en 2017 et à 35% en 2018, c’est donc un recul de 11% pour l’ensemble des marques. Et chez certains concessionnaires, la baisse est encore plus impressionnante.


Des ventes de diesel en chute libre chez certaines marques

"En 2017, les ventes étaient encore à 63%, maintenant à 48%. Et si on regarde par rapport à 2010, donc il y a 8 ans : à l’époque, la part de diesel était encore à 93%, c’est quand même une différence", souligne Sofie Luyckx, la porte-parole d’Audi.

En huit ans pour cette marque, les ventes de diesel ont donc diminué de près de moitié, tout cela bien sûr au profit des voitures essence. 48% de parts de marché en 2017 à 58% en 2018. 


De nouvelles technologies

Alors cette tendance va-t-elle se poursuivre ces prochaines années? Eh bien, ce n’est pas sûr. "Il y a les solutions technologiques pour pouvoir répondre aux imperfections qu’il y avait ces deux dernières années. Bosch est l’exemple par excellence au niveau de la diminution drastique des particules fines et de NOx (oxydes d’azote). Et donc demain, ces nouvelles technologies seront à disposition sur les véhicules diesel", argumente Olivier Neirynck, le porte-parole de la Fédération belge des négociants en combustibles et carburants.

Le diesel est donc en crise aujourd’hui mais il pourrait bientôt rebondir.

Vos commentaires