En ce moment
 

Le leader du mouvement Schild en Vrienden dénonce un reportage "calomnieux", destiné à "le salir"

Le leader du mouvement Schild en Vrienden dénonce un reportage

Une enquête judiciaire est ouverte au niveau du Parquet de Gand à la suite du scandale "Schild en Vrienden", cette association de jeunes flamands qui hébergent des membres ouvertement racistes. Beaucoup de regards se tournent vers la N-VA et en particulier Theo Francken. Le secrétaire d'Etat est soupçonné de nourrir quelques sympathies vis à vis du mouvement. Le premier ministre lui, promet de faire de la question du racisme une top priorité au même titre que le terrorisme.

Quelques centaines de personnes se sont rassemblée spontanément hier à Gand pour marquer leur indignation face au mouvement Schild en Vrienden et plus encore sur la présence de son président au sein du conseil d’administration de l’université de Gand.

Dires Van Langenhove, encore étudiant et leader du mouvement, est d’ores et déjà écarté de l’institution: "Je viens d’apprendre que le recteur de l’université de Gand m’a désinscrit comme étudiant avant même que je ne sois diplômé. C’est une mesure très radicale. C’est absurde que de tel gens sans même entendre ma vision des choses, sans m’avoir entendu une seule fois, sans attendre l’enquête, me condamne sur base d’un reportage calomnieux destiné à me salir, à m’affaiblir. Je ne suis absolument pas raciste ou antisémite".

La chasse aux membres de Schild en Vrienden est lancée. Au sein de l’université, du conseil flamand de la jeunesse mais aussi des partis politiques. Au moins un candidat CD&V, entre 20 et 25 à la N-VA. Bart De Wever ne commente pas face caméra mais annonce vouloir faire le grand nettoyage.

Theo Francken, qui posait avec des membres du groupe, prétend lui que ce ne sont que quelques brebis galeuses et racistes qui sont à condamner au sein de l’organisation conservatrice de droite.

L’affaire remonte jusqu'au sommet de l’Etat: "Je veux être très clair, je condamne toute forme de racisme, d’extrémisme. Il n’y a pas de place dans notre société pour ces choses", a déclaré le premier ministre Charles Michel.

Le premier ministre consacre son prochain conseil de sécurité nationale à la question du racisme. Il en fera la priorité à côté de la lutte contre le terrorisme.

Enfin, de son côté, la justice gantoise a fait procéder, ce vendredi, à des perquisitions dans le dossier Schild en Vrienden, notamment au domicile du fondateur de l'organisation, le jeune Dries Van Langenhove, a confirmé le parquet de Flandre orientale le même jour. "Du matériel informatique a été emporté" chez ce dernier, a-t-il précisé.  

Vos commentaires