En ce moment
 
 

Le nombre de demandeurs d'emploi EXPLOSE au Forem, qui a imaginé une solution inédite: "70 conseillers les appellent dans les 48h"

CORONAVIRUS

Les effets de la crise du coronavirus sur la demande d'emploi se confirment au mois de mai en Région wallonne. La Wallonie comptait 206.771 demandeurs d'emploi inoccupés à la fin du mois dernier, en hausse de 7,6% par rapport à mai 2019. La hausse la plus importante concerne les jeunes âgés de moins de 25 ans (+14,8%).

Marie-Kristine Vanbockestal, administratrice générale du Forem, était l'invitée de Fabrice Grosfilley mercredi matin. Elle est revenue sur les derniers chiffres des demandeurs d'emploi, qui sont dans le rouge.

C'est l'effet du Covid-19, ça va continuer en juin et jusqu'à la fin de l'été, cette hausse ?

"Oui, de toute évidence, c'est la crise sanitaire, et l'arrêt des activités qui a suivi. Et dans les chiffres qu'on a donnés, il n'y a pas les chômeurs temporaires. Donc il faudra observer dans les semaines qui viennent si ces chômeurs temporaires vont reprendre le travail, ou s'ils vont basculer dans le chômage complet, c'est une inconnue. A plus long terme, on se demande s'il faut s'attendre à des restructurations, des licenciements collectifs…".

D'où viennent ces nouveaux demandeurs d'emploi ?

"Sur les 14.000 de mai, par exemple, ce sont des personnes qui vont et viennent sur le marché de l'emploi. Mais il y a 5.100 personnes qui sont inscrites pour la première fois au Forem, donc qui ont derrière elles une expérience de travail, donc qui ont eu un C4".

Il y a aussi moins de nouvelles offres d'emploi, seulement 22.000: ça veut dire que ces personnes auront du mal à retrouver du travail ?

"C'est le véritable challenge, nous essayons depuis plusieurs semaines d'identifier précisément ces personnes et vérifier leur employabilité, voir si elles sont directement réorientables sur le marché de l'emploi".

Le Forem a pris l'engagement d'avoir un contact avec les nouveaux demandeurs d'emploi dans les 48 heures: quelle est l'idée derrière ?

"On lance l'hypothèse que ces personnes sont très employables, nous voulons éviter qu'elles restent trop longtemps, qu'elles s'installent dans le chômage. Nous avons 70 conseillers sur le pont, qui tentent cette expérience de contacter dans les 48h: ils vont très vite les screener, pour vérifier si elles peuvent directement repartir dans les secteurs qui recrutent encore, ou qui vont commencer à recruter. Nous avons déjà, sur les trois semaines qui viennent de s'écouler, sur les 5.100 nouveaux inscrits, 1720 d'entre eux sont directement réorientables. La plupart se sont vu offrir au moins une offre d'emploi, et 140 ont retrouvé un job".

Vu que la crise a affecté les secteurs d'activité de manière très diverse, le Forem va prendre contact avec chacun d'eux pour tenter, "à partir des outils existants", de les accompagner au mieux.

 

Vos commentaires