En ce moment
 
 

Le PASS, un "gouffre financier" de 10 ans ?

 
 

Le PASS de Frameries, fête ses 10 ans aujourd’hui ! Le parc a connu des débuts difficiles. Aujourd’hui, il a stabilisé son nombre de visiteurs, environ 80.000 par an, mais ça reste très faible quant on sait qu’il reçoit chaque année des millions d’euros de subsides de la région wallonne.

Le PASS à 10 ans ! En une décennie, le parc a connu des hauts et surtout des bas. Principal point noir : la rentabilité du site. Pour fonctionner, le parc d’aventures scientifiques reçoit environ chaque année près de 4 millions d’euros de subsides. Or il n’accueille que 80.000 visiteurs par an. Jacqueline Galant, la bourgmestre de Jurbise a été membre du conseil d’administration du PASS. Elle a démissionné estimant notamment que le site était un "gouffre financier" pour l’argent de l’Etat, investi dans un parc "à la rentabilité désastreuse. Il faut arrêter les frais", explique-t-elle au micro de BEL RTL. 

"La rentabilité d'un équipement culturel, c'est quelque chose qui pose réellement question. Est-ce qu'une école est rentable ?", rétorque Françoise Lardenoey, directrice de la communication d'un PASS qui, pour attirer de nouveaux publics, a complètement revisité la passerelle d’accueil des visiteurs. Elle est plus accueillante et surtout plus interactive. Dès les premiers pas, le visiteur découvre des activités interactives. Ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent.


60 salariés pour 80.000 visiteurs par an

Près de 80.000 visiteurs par an. 60 salariés y travaillent. Le PASS est implanté sur un parc de 28 ha. Et représente 12.000 m² d’expositions. Autrefois, le site du Pass s’appelait Crachet Picquery et on y exploitait du charbon.

En 1997, sous l’impulsion des autorités locales et régionales et grâce à l’aide de la Communauté européenne, le site est choisi pour accueillir le premier équipement de culture scientifique et technique de Belgique. L’architecte français Jean Nouvel s’est chargé d’adapter le site.



 

Vos commentaires