En ce moment
 
 

Le port d'Anvers, une passoire pour le trafic de drogues? Le SPF Finances nous répond

 
 

Une équipe RTL INFO a rencontré un ancien trafiquant de drogue, Paul Meyer, 30 ans dans le milieu, qui a purgé une peine et s'est repenti depuis. Cependant, l'ex-trafiquant nous a démontré, test à l'appui, à quel point il était facile de rentrer dans le port d'Anvers, plaque tournante du trafic de drogues pour plusieurs organisations. Nous avons décidé de soumettre ce constat au SPF Finances, responsable des douanes. 

Nous rencontrons sa porte-parole, Florence Angelici. Celle-ci nous précise d'amblée qu'entre 2013 et 2021, la quantité de cocaïne saisie dans le port a été multipliée par quatorze. "Cela s'explique par une hausse de la consommation, mais aussi une hausse des envois de cocaïnes", explique la porte-parole. "L'Europe est un marché intéressant parce que la cocaïne est vendue chère, et les trafiquants ne doivent pas passer par des cartels intermédiaires. Le port est aussi une ligne direct pour les marchandises en provenance d'Amérique latine."

Des contrôles ciblés

Le port d'Anvers est vaste, il s'étend sur 129km². Peut-on dès lors tout y surveiller ? "On contrôle entre 1,5 et 2% des marchandises", répond le SPF. "C'est une norme européenne, c'est pareil à Rotterdam ou en Espagne. On cible donc les contrôles sur les marchandises à risque."

Pour Paul Meyer, l'ancien trafiquant, le port d'Anvers est résolument une passoire. La porte-parole du SPF Finances, elle, conteste. "Le port d'Anvers est très étendu et difficile à surveiller, mais ce n'est pas une passoire. L'année dernière, on y a saisi 89 tonnes de cocaïne. Ça montre que la douane effectue un travail immense."

Peut-on réellement y entrer sans être importuné, comme nous l'a montré l'ancien trafiquant ? "Le port est surveillé par la douane, mais aussi par d'autres acteurs dans le port. On va améliorer les contrôles, puisqu'on recrute en ce moment 108 douaniers. On installera aussi 5 nouveaux scanners pour contrôler les conteneurs à risque. chaque terminal dispose d'une équipe de sécurité. La douane, elle, contrôle spécifiquement les marchandises. Les trafiquants usent de beaucoup de créativité pour contourner la douane, mais nous nous adaptons."


 

Vos commentaires