En ce moment
 
 

Le porte-parole "sécurité routière" de l'institut Vias soutient la trottinette électrique: voici ses arguments

  • Le porte-parole "sécurité routière" de l''institut Vias soutient la trottinette électrique: "Ce qui est nouveau fait peur"

  • Conseils pour rouler en trottinette électrique en toute sécurité

 

Depuis quelques mois, elles envahissent les grandes villes: les trottinettes électriques en libre-service sont partout à Bruxelles, Liège, Namur… et bientôt à Charleroi et ailleurs. Certains ont trouvé leur nouveau moyen de transport pour les trajets courts, alors que d’autres les redoutent.

De plus en plus d’incidents, voire accidents, posent la question de la dangerosité des trottinettes électriques. Cette semaine, encore, un jeune homme a dû être transporté à l'hôpital suite à une collision entre deux trottinettes. 

Sont-elles dangereuses? En quoi ce nouveau moyen de transport a-t-il changé la vie de ces utilisateurs? Benoît Godart, porte-parole "sécurité routière" et "mobilité" de l'institut Vias, était sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche" pour en débattre. Il soutient l’utilisation de la trottinette électrique, malgré les dangers qu’il ne remet pas en cause.

Plus pratique qu'un vélo

"Si on a une réunion dans le centre-ville et qu’on arrive tout mouillé (après une route à vélo) cela n’a pas beaucoup de sens", avance-t-il. "L’avantage de la trottinette, aussi, c’est qu’elle est plus petite qu’un vélo. On peut la prendre dans le train, la glisser en-dessous de sa banquette, ce n’est pas le cas du vélo pliant. Donc, il y a quand même beaucoup d’avantages à avoir des trottinettes électriques."

"Ce qui est nouveau fait peur"

Le porte-parole rappelle que les accidents causés par des automobiles sont toujours très nombreux. "C’est clair que pour l’instant, ce qui est nouveau fait peur, on en parle beaucoup en négatif, mais cette semaine il y a probablement eu des dizaines d’accidents impliquant des voitures, et nous n’en avons pas du tout entendu parler. Il y a aussi des voitures qui roulent sur les piétonniers, qui se garent sur les pistes cyclables. Et ça, on en parle pas, c’est un peu dommage."

Vos commentaires