En ce moment
 
 

Le prix des lunettes reste exorbitant et les opticiens ne signent pas le code de bonne conduite: "Il y a certainement des abus", avoue l'un d'eux

 
 

Les opticiens manquent-ils de transparence ? Très peu d’entre eux ont en effet signé le code de bonne conduite qui a été mis en place par le ministre de la protection des consommateurs. Kris Peeters voulait assurer une meilleure information aux patients sur le prix des verres. Il faut dire que les lunettes peuvent parfois coûter très cher.

A Etterbeek, un opticien fait partie des nombreux indépendants qui n’ont pas ou pas encore signé le code de bonne conduite instauré en décembre dernier par le ministre de la protection des consommateurs. A ce jour, seul 43 opticiens sur plus de 1.600 y ont adhérés. "Je pense qu’il y a un laxisme de ma part, probablement", admet Bernard Derenne, opticien. "Mais peut être qu’il faudrait également nous recommuniquer ou que nos associations nous envoient un courrier, on va peut-être être plus attentif à le lire et à y répondre".


"Mes dernières lunettes m’ont coûté 900 euros"

Les opticiens sont peu informés ou ne voient pas l’intérêt de signer ce code de bonne conduite car ils estiment être loyaux envers le consommateur. Une récente étude de Test-achats pointe pourtant un manque de transparence dans le secteur. Pour le consommateur, difficile d’y voir clair, tant les écarts de prix entre différents types de verres sont énormes.

"C’est vrai que c’est quand même un fameux budget, je tourne, verres compris, entre 400 et 500 euros", dit un consommateur. "Mes dernières lunettes m’ont coûté 900 euros", dit un autre homme plus loin. "C’est un budget assez conséquent."

 
"Nivellement par le bas"

Le code de bonne conduite voit notamment la remise d’un devis gratuit pour permettre au client de comparer les prix en connaissance de cause. Même si des opticiens ne l’ont pas encore signé, certains se disent favorables à ce code de bonne conduite.

"Il faut absolument défendre l’éthique des bons produits, quels qu’ils soient", pense l’un d’eux. "Il y a certainement des abus, un nivellement par le bas de la qualité des produits, mais même de nos fournisseurs parfois, effectivement, il y a des abus".

La liste des opticiens qui ont signé le code de bonne conduite figurent sur le site du SPF économie.


 




 

Vos commentaires