En ce moment
 

Le scandale de la viande chez Veviba prend une tournure politique: le ministre de l'Agriculture va être entendu aujourd'hui

Le scandale de la viande chez Veviba prend une tournure politique: le ministre de l'Agriculture va être entendu aujourd'hui

Le ministre de l'Agriculture ainsi que la Fédération wallonne de l'agriculture (FWA) vont se porter partie civile à la suite des cas de fraudes détectés dans les abattoirs de Veviba à Bastogne.

Le scandale Veviba prend une tournure politique aujourd'hui. L'Afsca (agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire) devra s'expliquer sur sa manière de contrôler l'entreprise de Bastogne. Le rapport complet sur tous les contrôles opérés chez Veviba sera rendu ce jeudi.

A-t-elle été laxiste pendant des années avec le groupe Verbist qui contrôle 30% de la filière viande en Belgique ? Le rapport complet sur tous les contrôles opérés chez Veviba sera rendu ce jeudi.

Le ministre fédéral de l'Agriculture, Denis Ducarme, sera entendu cet après-midi par cette même commission. Il se porte partie civile dans ce dossier.


"Se retrouver, sans aucun scrupule, face à Veviba"

"Ce lundi, j'enverrai un appel d'offres à trois avocats afin que nous puissions nos constituer partie civile dans les délais les plus brefs. Il s'agit d'avoir accès aux dossiers de l'instruction, ce que nous n'avons pas actuellement. Il s'agit de demander à l'instruction une instruction complémentaire", précise le ministre au micro de Vincent Chevalier pour Bel RTL.


"Réclamer les dommages et intérêts qui sont liés à cette fraude" 

"Il s'agit aussi de se retrouver, sans aucun scrupule, face à Veviba au niveau des tribunaux et de réclamer les dommages et intérêts qui sont liés à cette fraude qu'il y aura. Des conséquences naturellement sur le secteur et également parler d'export sur l'image du pays", insiste Denis Ducarme. 

L'entreprise Veviba a perdu ses agréments pour un atelier de découpe et un surgélateur industriel situés à Bastogne, après qu'une perquisition menée la semaine dernière ait révélé une falsification de renseignements sur la date de congélation de la viande et une non-conformité de plus de 50% des produits contrôlés.

Vos commentaires