En ce moment
 
 

Le secteur aérien sous pression: près de 70.000 emplois pourraient disparaître en Belgique dans les prochains mois

Le secteur aérien sous pression: près de 70.000 emplois pourraient disparaître en Belgique dans les prochains mois
© Belga
 
CORONAVIRUS
 

En Belgique, près de 70 000 emplois pourraient disparaître dans le secteur aéronautique dans les prochains mois, selon les prévisions de l’IATA, l’Association internationale du transport aérien. Les aéroports belges devraient, il est vrai, perdre plus de 19 millions de passagers cette année. Ces chiffres ne sont ni confirmés ni démentis par le ministre de la Mobilité et par les syndicats.

7 millions de jobs soutenus par l'aviation menacés en Europe

En Europe, ce sont désormais plus de 7 millions de jobs soutenus par l’aviation (y compris le tourisme) qui sont menacés, contre 6 millions estimés en juin.

Toujours selon l’IATA, le nombre de passagers devrait refluer d’environ 60 % cette année en Europe. La demande de transport de passagers n’atteindra pas les niveaux de 2019 avant... 2024.

Le secteur est vulnérable. "C’est un secteur très peu rentable qui a une grande fragilité économique et financière. S’il y a le moindre incident, on aboutit à la situation qu’on a aujourd’hui. Il faut savoir qu’à un certain moment, Lufthansa perdait un million d’euros par heure", explique François Bellot, le ministre de la Mobilité.

Et les frais fixes sont très importants. Le ministre prend l’exemple d’un avion Airbus A320 : "C’est une location de l’ordre de 300.000 euros par mois et tous ces avions qui sont cloués au sol. Les compagnies sont quand même tenues de verser les montants aux propriétaires et aux sociétés de leasing", souligne François Bellot.

Les états aident certaines compagnies

Pour faire face aux difficultés, les constructeurs sabrent dans leurs effectifs: 15.000 postes en moins chez Airbus, 16.000 chez son rival Boeing, 2.500 chez le canadien Bombardier. Un cauchemar pour un secteur qui, il y a encore un an, affichait des carnets de commandes records pour certains appareils.

Les états ont soutenu financièrement certaines compagnies: l'Allemagne a prêté 9 milliards à Lufthansa, la France et les Pays-Bas 11 milliards au groupe KLM Air France et la Belgique 290 millions à Brussels Airlines.

 




 

Vos commentaires