En ce moment
 

Le stress des examens peut causer des tensions en famille et bien d'autres effets négatifs...

Nous sommes en pleine période d'examens, du primaire au supérieur. Et tout le monde est un peu stressé à la maison. Parfois les parents le sont même plus que les enfants. Dans le supérieur, les étudiants en blocus se donnent un niveau de stress de 8 sur 10, avec des effets dévastateurs...

De l'enseignement primaire jusqu'au supérieur, le stress n'épargne pas les étudiants, surtout en ce mois d'examens. Un récent sondage ( mené début mai) par Ivox analyse les effets de ce stress.

"Manque de concentration, fatigue, insomnie, irritation rapide, crises de pleurs, maux d'estomac ou encore crises de panique, les effets du stress sur les étudiants se font ressentir aussi en famille. Dans 43% des cas, il y a quelques tensions. Un étudiant sur 5 utilise des substances qui favorisent la concentration. En secondaire, par exemple, les cocktails de vitamines et les concentrés de glucide ont du succès. Le manque de sommeil réparateur est très fréquent. Un quart des étudiants avouent avoir passé au moins une nuit blanche. Enfin, le stress a déjà empêché un étudiant sur 10 à passer un examen. Au total, le niveau de stress moyen dans la vie quotidienne est de 5/10. Et pour les étudiants qui bûchent beaucoup, il est au niveau 8".

Thierry Vanderijst, directeur du collège Saint-Pierre à Jette explique son discours aux étudiants en plein blocus.

"On leur dit, on leur conseille de bien dormir. Cela ne sert à rien de travailler jusque 2h du matin. On va être fatigué le lendemain. Il faut donc bien dormir, bien planifier son travail, bien s'alimenter, et nous leur conseillons d'avoir des activités sportives et sociales. Il faut beaucoup étudier mais il faut continuer à le sport et voir ses amis. Il ne faut pas étudier seulement, sinon les examens n'iront pas bien", détaille le directeur au micro de Bernard Lobet.

Vos commentaires