Le TEC utilise des bus hybrides depuis un an à Namur: le bilan est positif, le voici

Le TEC utilise des bus hybrides depuis un an à Namur: le bilan est positif, le voici

Le 16 janvier 2017, le TEC a introduit les 11 premiers bus hybrides "zéro émission" à Namur. En un an, leur mise en circulation a permis d’économiser 90.000 litres de carburant et de réduire de 240 tonnes les émissions de CO2, annonce fièrement le TEC. La société de transport en commun nous a transmis son premier bilan par communiqué, le voici ci-dessous.

En introduisant cette nouvelle technologie, le TEC poursuivait un double objectif: améliorer l’efficacité énergétique de la flotte de bus et limiter l’impact environnemental. Grâce à ces 11 premiers bus hybrides, 35% des kilomètres parcourus entre le centre de Namur et Jambes sont désormais réalisés en mode électrique au sein de zones "zéro émission". Sur une année, la circulation des 11 bus hybrides a permis au TEC d’économiser 90.000 litres de carburant, ce qui représente une réduction de 240 tonnes d’émission de CO2. Une situation qui bénéficie directement aux riverains, en plus de la diminution des nuisances sonores et des vibrations.

Fort de ces premiers résultats, le TEC continue à déployer les bus Volvo 7900 hybrides électriques (hybride rechargeable en ligne) sur son réseau. Actuellement, le nombre de bus hybrides en exploitation sur le réseau urbain namurois s’élève à 25 (14 nouveaux véhicules étant venus s’ajouter aux 11 premiers). A terme, 46 véhicules hybrides seront en circulation à Namur.


Comment fonctionne le bus hybride rechargeable?

Ce véhicule utilise plusieurs sources d’énergie : le diesel et l’électricité. Ses batteries peuvent être rechargées lors d’arrêts aux terminus équipés d’un pantographe, situés à Jambes (Amée, lignes 2 et 9) et Erpent (ligne A). L’énergie utilisée pour le rechargement est 100% verte.

Dans ces véhicules, le passage en mode électrique est géré par l’ordinateur de bord sur base de la localisation GPS et de l’autonomie des batteries.


Qui dit technologie prometteuse, dit adaptations nécessaires

Si ce premier bilan est encourageant pour l’avenir, il reste encore une marge d’optimisation. Le TEC a en effet observé de moins bons résultats lors des encombrements routiers. A cause de la densité du trafic urbain, les bus ne rechargent pas le temps requis et compensent par le mode thermique (diesel).
Le TEC a proposé une série de mesures (bande pour les bus, sites propres, feux intelligents…) aux autorités compétentes dans le but premier d’améliorer la ponctualité du service à la population.


Zones "zéro émission" étendues à la périphérie

En ce qui concerne le réseau namurois, deux nouvelles stations de recharge seront opérationnelles dans les prochaines semaines aux terminus de Saint-Marc (ligne 1) et de Belgrade (ligne A). La mise en place de sept nouvelles stations est actuellement à l’étude. Elles devraient être opérationnelles d’ici 2019 aux différents terminus des autres lignes urbaines. Lorsque chaque ligne sera équipée de deux pantographes de recharge rapide, l’économie du carburant passera de 40% à 70%.

Par ces nouveaux aménagements, le Groupe TEC a la volonté d’étendre les zones « zéro émission » aux quartiers périphériques du centre-ville.


A l’écoute des clients et du personnel

Au-delà de leurs qualités écologiques, ces nouveaux véhicules inaugurent également de nouvelles solutions destinées à accroître le confort des clients : espace accru pour les passagers debout (permettant d’accueillir davantage de voyageurs aux heures de pointe), climatisation, sièges en cuir, design intérieur actualisé, chargeurs USB…

Le feed-back des voyageurs après l’essai des 11 premiers bus a par ailleurs permis d’améliorer l’aménagement des nouvelles livraisons, en intégrant 2 strapontins utilisables en heures creuses.

Ces véhicules proposent par ailleurs aux chauffeurs un environnement de travail amélioré : climatisation, chargeur USB, déplacement plus silencieux... Les techniciens de maintenance n‘ont pas été oubliés, puisqu’un programme de formation a été déployé, pour leur permettre de découvrir cette nouvelle technologie et de travailler en toute sécurité.


Le déploiement continue à Liège et à Charleroi

La mise en exploitation de nouveaux véhicules hybrides sur les réseaux carolo et liégeois se poursuit. A ce stade, 12 véhicules Volvo sont en service à Charleroi, et 10 Solaris à Liège.

Fin 2019, les TEC exploiteront 309 bus hybrides, qui participeront activement à la réduction de son empreinte écologique.

Vos commentaires