En ce moment
 
 

Les 5 centilitres de la discorde: plus grand, le verre de bière va bientôt coûter plus cher

Si vous avez l'habitude de commander une Jupiler au comptoir de votre café, soyez attentifs. Prochainement, les verres ne feront peut-être plus 25 centilitres mais 30 centilitres. Ceci est une volonté du le brasseur AB InBev afin de vendre plus de bière. Mais cette stratégie commerciale ne plaît ni aux cafetiers ni aux professionnels de la santé.

Au début de l'été, le groupe AB InBev a lancé une action promotionnelle dans certains cafés, dans le cadre d'un plan à grande échelle de soutien à l'horeca en Belgique. Les clients qui commandaient une Jupiler dans un verre de 25 cl, recevaient pour le même prix un verre de 30 centilitres. Le brasseur a décidé de généraliser ce nouveau contenant à l'ensemble de ses cafés ayant la pils liégeoise au fût, soit plusieurs milliers d'établissements. Mais cette décision ne plaît pas à tout le monde...

"Le client le trouvait trop lourd et pas agréable du tout", assure Maria Rubio, patronne d'un café. Avant d'ajouter: "A un moment donné, il faut laisser la petite bière ouvrière à un bon petit prix et ne pas exagérer".

Les verres de 30 centilitres vont donc désormais remplacer les verres de 25 centilitres dès le mois de novembre. "On nous impose tout, on n'a plus la liberté", déplore Maria Rubio. 


Un risque pour la santé

Avec 20% supplémentaires dans les verres, les cafetiers se verront obligés d'augmenter leurs prix. "Ce sera plus cher et ce n'est pas normal", lâche un client.  

Avec des produits historiques bien ancrés dans le marché local, AB InBev est difficilement contournable pour bon nombre de cafetiers. "Et qu'est ce qu'on fait? On nous a repris tous nos verres de 25 et on nous a mis des verres à 30. Point barre", souffle Yves Collette, président des cafetiers de Wallonie. 

Passer de 25 à 30 cl change la donne en matière de limite avant de conduire. C'est aussi un risque d'augmentation de la quantité journalière d'alcool consommé. "Cette stratégie commerciale me paraît tout à fait néfaste et dangereuse en terme de santé publique pour des personnes qui vont banaliser le fait d'augmenter de 5 centilitres leur consommation par verre. C'est clairement quelque chose qui peut avoir un impact très clair sur leur santé", constate Emmanuel Pinto, psychiatre et chargé de cours en addictologie à l'université de Liège. 

En Belgique, un adulte sur 10 a un problème d'utilisation d'alcool qui nécessiterait une prise en charge. 

Vos commentaires