En ce moment
 

Les agents pénitentiaires haussent le ton: ils ont lancé une grève de 32 heures ce jeudi soir

Les agents pénitentiaires haussent le ton: ils ont lancé une grève de 32 heures ce jeudi soir
Image d'illustration

Les agents pénitentiaires entament ce jeudi à 22h une grève de 32 heures qui se terminera samedi matin à 6h du matin. Les syndicats protestent contre le manque de personnel dans les prisons belges. Depuis lundi, les agents manifestent leur mécontentement en travaillant deux heures de moins chaque jour. Une deuxième grève est également envisagée le vendredi 9 février.


Le ministre propose d'engager des membres de la Protection civile

Les négociations entre les syndicats des agents pénitentiaires et le ministre de la Justice Koen Geens n'ont toujours pas abouti à un accord. Mercredi, le ministre est venu avec une nouvelle proposition: étudier la possibilité de faire passer vers les prisons des membres de la Protection civile qui répondraient à certains critères. Les syndicats se sont montrés surpris par cette proposition, mais n'ont pas fermé la porte. Les syndicats devraient adopter une position à cet égard lundi ou mardi, après consultation de la base.

Une décision quant à la tenue d'un deuxième jour de grève le vendredi 9 février est également attendue au début de la semaine prochaine.

D'autres propositions concernant les effectifs ont également été accueillies favorablement par les syndicats mercredi: octroyer des promotions ou engager définitivement des aide-soignants actuellement sous statut intérimaire. "Mais pour ce qui est des nouveaux engagements, le ministre veut 6.905 équivalents temps plein alors qu'il avait promis en 2016 que nous irions vers 7.075 ETP. C'est maintenant à nos membres de juger s'ils trouvent cela suffisant", ont indiqué des représentants syndicaux.

Dès le premier jour d'action, lundi, l'administration pénitentiaire a indiqué que les actions étaient suivies "très largement". Les activités ont été réduites dans de nombreux établissements. L'assistance de la police n'a toutefois été nécessaire qu'à Anvers.

Vos commentaires