En ce moment
 

Un éboueur agressé à Baudour en pleine rue par un automobiliste: "Tous les matins, cela klaxonne, cela accélère et cela rouspète derrière nous"

Les agressions en rue contre des professionnels augmentent: collecteurs de déchets, déménageurs et livreurs sont quotidiennement pris pour cibles.

Un éboueur a été agressé à Baudour avant-hier par un automobiliste. Le conducteur l'a frappé parce qu'il ne supportait pas d'être ralenti dans la circulation. Un incident qui illustre un problème. Les agressions en rue contre des professionnels augmentent.

Ces collecteurs de déchets sont quotidiennement confrontés à des automobilistes pressés. Nicolas témoigne de son quotidien: "Tous les matins, cela klaxonne. Ils ne font qu'accélérer quand ils sont derrière nous. Cela rouspète, cela insulte et cela devient assez énervant à la longue", révèle l'éboueur, exaspéré.

Certains endroits sont carrément devenus problématiques. Et le collecteur de détailler des endroits critiques: "Sur les grands axes, quand il y a beaucoup de circulation. Parfois, quand il y a des camions de livraison, ils veulent nous dépasser et les voitures nous dépassent en même temps et c'est assez dangereux."

Près de deux incidents par jour touchent les travailleurs de l'intercommunale de Hygea (Intercommunale de gestion environnementale de 24 communes réparties sur le territoire de la région de Mons-Borinage-Centre). La sensibilisation des usagers de la route ne suffit pas. Des plaintes seront donc déposées à chaque fois.

Jacques De Moortel, directeur général d'Hygea: "Nous ne pouvons pas accepter et nous n'accepterons pas que de manière aussi systématique, la sécurité physique de nos travailleurs soit mise en cause."

Les collecteurs de déchets ne sont pas les seuls à subir ce genre d'incivilités. Les chauffeurs-livreurs sont aussi fréquemment insultés.

Daniel Carens, livreur, évoque les obstacles au bon déroulement de son boulot: "Le camion est mal garé parce que l'accès en cuisine
n'est pas facile. Le parking est en pente. Je suis obligée de me mettre dans ce sens-là pour que ma marchandise ne cavale pas à l'arrière du camion et donc de ce fait, je bloque le parking le temps de ma livraison."

Un blocage qui peut agacer: "Surtout quand on travaille à domicile et qu'on ne peut pas arriver en retard", confie, agacée une automobiliste.


Une autre profession sème le trouble dans la circulation, ce sont les déménageurs. Jean-Pierre, gérant d'une entreprise illustre ces embarras:
"Deux, ou trois fois par jour, on est confronté à ce genre de situation. On n'a pas la place pour déménager et malheureusement on doit gêner les occupants de la route, qui doivent passer et qui bien sûr, rouspètent, pour la bonne et simple raison qu'on gêne la circulation."

"C'est chiant. les gens râlent souvent qu'on n'est pas à l'heure", témoigne un conducteur de bus, qui attend patiemment dans la file qui s'est formée à cause de ce camion de déménagement.

Contrairement aux chauffeurs livreurs, les déménageurs peuvent rester des heures devant une habitation. Ils doivent donc obtenir une autorisation de la police quand ils doivent utiliser la voie publique. Tous ces professionnels tentent de sensibiliser les automobilistes et leur rappellent qu'ils essaient simplement de faire leur travail.

Vos commentaires