En ce moment
 
 

Les bourgmestres wallons disposent d'une liste des habitants qui refusent la quarantaine: comment vont-ils pouvoir agir?

 
CORONAVIRUS
 

Les bourgmestres wallons quant à eux, disposent de la liste des habitants qui reviennent de l'étranger, mais qui refusent de se mettre en quarantaine. Quelle suite pourront-ils dès lors donner à ce non-respect des règles en vigueur?

Plasma est la plateforme qui transmet aux bourgmestres la liste des concitoyens qui ne respectent pas la quarantaine ou qui ne se sont pas soumis à un test PCR obligatoire. 

"Dans un premier temps, je pense qu'il faudra sensibiliser et essayer de faire comprendre qu'il est important de respecter la quarantaine si on veut arriver au bout de cette pandémie", explique Thierry Ancion, le bourgmestre de Fléron. "Après, pour les moyens complémentaires à mettre en place, on va se concerter avec les bourgmestres de l'arrondissement pour essayer de mettre en place une stratégie commune."

La liste est établie par les inspecteurs de l'AViQ, l'agence wallonne pour une vie de qualité. Les bourgmestres pourront ordonner aux polices locales d'effectuer ces contrôles. Entre le 19 décembre 2020 et le 4 janvier 2021, 160.000 voyageurs sont revenus en Belgique d'une zone rouge.

Quel type d'agents pourront intervenir?

Les autorités régionales et communales doivent encore s'entendre sur une base juridique solide afin d'éviter tout recours en justice.

"Quel type d'agents pourront intervenir? Si on est dans des amendes au pénal, ce ne sont pas les mêmes agents de police qui peuvent intervenir. Ce sont des questions qui restent sans réponse. Il n'y a actuellement pas de cadre juridique. On nous promet une information via les gouverneurs dans les prochaines heures ou prochaines jours", précise Maxime Daye, bourgmestre de Braine-le-Comte et président de l'Union des villes et communes de Wallonie. 

Les contrevenants risquent une amende allant jusqu'à 1500 euros et 8 jours à 6 mois de prison. Une réunion de concertation aura lieu demain avec la ministre régionale de la Santé.

CORONAVIRUS EN Belgique : où en est l’épidémie ce mardi 12 janvier ?

A Bruxelles, en revanche, les bourgmestres ne disposent pas du même outil qui permet de lister les réfractaires. Ce que déplore, le bourgmestre d'Etterbeek, Vincent De Wolf (voir vidéo ci-dessous).

 




 

Vos commentaires