En ce moment
 
 

Les bus et trams des TEC accueilleront plus de personnes dès lundi: voici les règles à suivre

Les bus et trams des TEC accueilleront plus de personnes dès lundi: voici les règles à suivre
©Belga
 

Le TEC augmentera la capacité à bord de ses véhicules dès lundi prochain, afin d'accompagner le déconfinement progressif en Belgique, a indiqué jeudi la compagnie dans un communiqué. Les mesures de précaution restent d'application et les valideurs du titre de transport seront à nouveau accessibles. Bien qu'elle constate une augmentation constante du taux d'occupation de ses véhicules, la Stib est à 40% de sa fréquentation habituelle.

Toutes les places assises des véhicules TEC pourront être occupées dès le 8 juin avec, toutefois, une limitation de quatre passagers débout pour les bus normaux, six pour les bus articulés et cinq pour le tram. Les limitations concernant les places 'debout' seront levées dès le 1er juillet en cas d'évolution sanitaire positive, a indiqué la société de transports publics jeudi. Les mesures de protection, mises en place afin de limiter au maximum les risques de propagation du nouveau coronavirus, restent d'application pour les navetteurs et seront rappelées à bord des véhicules. Ainsi le port d'un masque buccal (ou d'une alternative couvrant le nez et la bouche) reste obligatoire aux arrêts et dans les véhicules dès l'âge de 12 ans et les voyageurs continueront de monter à bord des bus uniquement par l'arrière. Les valideurs seront, eux aussi, de nouveau accessibles à bord de la plupart des véhicules TEC, ce qui implique que les voyageurs doivent obligatoirement valider leur titre de transport.

Bien que la Stib soit à 100% de l'offre proposée en temps normal, la compagnie affiche un taux d'occupation de ses véhicules de moins de 40%. Ce taux avait chuté à 10% au cœur de la période de confinement. La société des transports intercommunaux de Bruxelles indique avoir réalisé 1.495 contrôles depuis le 4 mai, date du début de l'obligation du port du masque dans les transports publics.

 

Vos commentaires